AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Oliver Queen - Green Arrow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oliver Queen
Justicier
avatar
Justicier
Afficher infos
Messages : 69
Points rp : 55
Date d'inscription : 26/04/2017
Age : 22

MessageSujet: Oliver Queen - Green Arrow   Mer 26 Avr - 20:10

• Oliver Queen •

« Si nous étions un vieux couple au mariage désastreux tu me tuerais comment ? »


❧ Document d'identité ☙

     ✕ Nom : Queen.
     ✕ Prénom(s) : Oliver.
     ✕ Alias : Green Arrow.

     ✕ Âge :  29 ans.
     ✕ Date de naissance :  1974.
     ✕ Lieu de naissance : Star City.
     ✕ Nationalité : Américaine.

     ✕ Taille : 1m78.
     ✕ Poids: 85 kg.

     ✕ Situation : En couple.
     ✕ Orientation sexuelle : hétérosexuel.

     ✕ Métier : Playboy/Homme d'affaire/Compagnon de Black Canary (un job à plein temps X_X).
     ✕ Alignement : bien.
     ✕ Groupe souhaité : Justicier.
     ✕ Avatar :

❧ Description ☙


Cheveux blonds coupés courts, air insouciant, le tout parfois relevé d'une paire de lunette noire hors de prix : Oliver est l’illustration parfaite que l'on se fait du gosse de riche lambda. Cette attitude désinvolte couplée à un physique avantageux à fait de lui un don juan reconnu dans les hautes sphères sociales de Star City (et des villes alentours). Si l'on s'en tient là ce n'est qu'un gamin pourri gâté et superficiel comme on en voit tant de nos jours dans les milieux aisés. Pour compléter le tableau, on ajoutera simplement quelques adjectifs tels que "irrespectueux" (voir grossier), "Irresponsable" et j'en passe, je pense que vous avez saisi l'idée.

Jusqu'à ses vingt-cinq ans, ce qu'on pouvait dire sur Oliver s'arrêtait là.

Après deux ans d'absence, (comprendre : disparition/prétendue mort si l'on reprend les termes qu'on a pu lire dans le journal de Star City pendant près de six mois) la personnalité du jeune homme s'est modifiée... Silencieux, Oliver semble constamment perdu dans ses pensées. C'est au prix fort qu'il a dû apprendre le sens du mot "responsabilité" et cela se ressent lorsqu'il vous fixe droit dans les yeux... L’insouciance et l'air niais qu'il affichait autrefois semblent avoir laissée place à une attitude plus mature, mais aussi plus torturée et plus sinistre.
De par ses erreurs d'autrefois, Oliver a une certaine propension à douter de lui même de ses choix, qu'il soient bon ou mauvais. Ses années d'isolement sur l'île ont fait de lui une personne très renfermées et il se confiera rarement, même à ses vieux amis.

De sa folle jeunesse, il a conservé son côté "tête brûlée", à la différence près qu'il l'emploie de manière un peu plus constructive qu'autrefois. Quel que soit le nombre de coup dur qu'il aura encaissé, il repartira à l'assaut jusqu'à ce qu'il gagne... Ou qu'il y laisse la peau.


❧ Capacités ☙


Nul ne s'en douterait à première vue, mais Oliver est un combattant on ne peut plus compétent dans le domaine du corps à corps... Il semble avoir été formé à des technique de combat rapproché que l'on retrouve chez certaines unités des forces spéciales ainsi qu'à diverses formes d'art martiaux tels que l'aïkido ou le krav maga.

Mais le principal talent du jeune homme reste le tir à l'arc. Rapide et précis, Oliver est capable de moucher une canette de soda à trente mètre de distance sans déployer d'effort particulier. À ce don pour l'archerie, Oliver à combiné toute une panoplie de gadget aux effet surprenant qui ne trouvent d'égal que dans la ceinture du redoutable chevalier noir de Gotham : flèche explosive, flèche grappin, flèche sonique et bien d'autres encore composent l'arsenal de son alter-ego : le justicier Green Arrow. Son arc et un modèle hybride lui offrant un excellent rapport portée/puissance tout en limitant les efforts à fournir lors du bandage de la corde.

Sa tenue (en apparence sommaire) à été renforcé au kevlar tandis que les parties métalliques de ses protèges-bras lui permettent de dévier les coups de couteau. Si son carquois et son arc constituent l'essentiel de son équipement, sa ceinture est aussi munie d'un traceur et d'un système de communication assez poussé (dans l'absolu, un téléphone portable miniature).


❧ Histoire ☙







Jeunesse dorée


- Pourquoi je ne suis pas surpris ... ? Tu sais à quelle vitesse tu roulais Queen ?

- Je ne faisais pas vraiment attention monsieur l'agent. Mais vous allez me le dire...

- 150. Tu roulais lancé à 150... Et je n'ai pas encore mesuré ton taux d'alcoolémie mais je peux déjà me risquer à supposer qu'il est lui aussi supérieur à la moyenne. Si je voulais pousser les choses un peu plus loin je demanderai aux demoiselles à l'arrière leur carte d’identité mais comme je suis plutôt de bonne humeur aujourd'hui on va partir du principe qu'elles sont toutes majeures... Souffle donc là dedans le temps que je passe un coup de fil.


- Oh oui bien sûr... D'ailleurs puisque je suppose que vous allez appeler votre supérieur saluez donc Harry de la part de mes parents.


- Fais le malin Queen... T'y couperas pas cette fois-ci. 

Allô ? Monsieur le commissaire ? J'ai le môme Queen en excès de vitesse et avec... 0,8 gramme au test d'alco... Une amende ?! Excusez moi monsieur mais je me permet de vous faire remarquer que... Oui très bien... Je rédige le PV monsieur...

Un jour Queen, les relations de tes vieux te sauveront pas... Et crois moi je serais là pour voir ce jour arriver.

- Ce sera tout ? 

Dépité, le pauvre agent lui tendis le procès verbal qu'il venait de rédiger...

- Bonne journée inspecteur ! Je vais essayer de faire un petit plus attention, après tout vous avez raison, j'ai un peu bu.

]Effectivement, il se contenta cette fois ci de lancer sa corvette flambant neuve à seulement 100 à l'heure. Fort heureusement à cette heure de la nuit les piétons n'étaient pas nombreux...


Fête d'anniversaire


Le Pacific Queen, yacht de croisière somptueux de la famille la plus riche de Star City, quittait le port de la ville. À son bord, une grosse quinzaine de passager comptant les parents d'Oliver et quelques uns de ses amis de la jet-set. La raison de cette croisière ? Les 22 printemps du jeune homme. Au programme : grosses soirées pendant la totalité du voyage et détente au soleil. 

- Te voilà Oliver ! Je te cherchais.

- Ah Papa ! Qu'est ce que je peux faire pour toi ?

- J'avais un petit quelque chose à te remettre...

- Tu me gâtes déjà Papa ? Attends au moins ce soir !

- C'est un cadeau spécial à vrai dire...

À ces mots, Robert Queen sortit une sorte de carnet de sa poche et le tendit à son fils.

- Un carnet ?

- Un projet sur lequel je travaillais et que j'ai en partie financé... Mais je me demande si j'ai fait le bon choix. C'était assurément lucratif mais... Il y a des décisions dont je ne suis pas fier. On ne battit pas un empire financier comme le notre en se contentant d'aider la veuve orphelin. On fait couler les concurrents, on met au chômage des milliers de personnes mais ça fait parti du jeu... Je pense malgré tout qu'il y a des limites à ne pas franchir. Je veux que tu conserves ce carnet au cas où quelque chose m'arriverait...

- Allons papa qu'est-ce qui pourrait bien...

- On ne sait jamais de quoi la vie est faite. Ce projet c'est l'occasion pour moi de donner un sens différent à ma vie et de faire quelque chose de réellement utile. Avec ce carnet, c'est mon oeuvre et ma confiance que je te transmet. Tu es encore un peu jeune pour comprendre mais ça viendra...

Oliver ne comprenait pas grand chose à toutes ces salades et à vrai dire il s'en fichait pas mal. Les caprices du destin étant ce qu'ils sont, il choisit de ranger le petit carnet dans la poche intérieure de son veston plutôt que de le poser négligemment sur son lit. Avait-il malgré lui une sorte de conscience qui lui soufflait que ces quelques feuilles reliées entre elles avaient une importance cruciale ? Difficile d'en être sûr. Toujours est-il qu'il l'avait gardé sur lui.

Oubliant presque aussitôt la gravité des propos tenus par son père, Oliver monta sur la terrasse où ses convives l'attendaient. La soirée battait son plein et l'alcool coulait à flot jusqu'à ce que Robert Queen sorte de la cale avec un air paniqué sur le visage.

- Il y a une voie d'eau dans la cale ! Mettez vos gilets et foncez aux canots !

Malheureusement, panique et boisson ne faisaient pas bon ménage. Ceux qui n'étaient pas ivres morts coururent dans le désordre le plus total tandis que le Pacific Queen s'enfonçait inexorablement dans les profondeurs... À peine conscient du danger, Oliver avait bu tout son saoul et fumé plus que de raison... Et pas forcément que du tabac. Le cerveau était plus ou moins conscient du danger mais le corps refusait de répondre de manière cohérente. Son père lui passa à la hâte un gilet de sauvetage et une bouée avant qu'il ne sombre à nouveau dans l'inconscient...

C'est sur le sol sablonneux d'une plage qu'Oliver émergea... La soirée de la veille lui revint petit à petit à l'esprit. La fête, la voie d'eau... Mais où étaient les autres ? 

Il avait apparemment était séparé du reste du groupe... S'en étaient-ils sortis au moins ? Difficile à savoir. Mais vu l'état où il se trouvait le soir du naufrage, s'il avait réussit à survivre, il était fort probable que les autres aussi. Pour l'heure, il devait trouver un endroit ou se réfugier... Une fois ceci fait, il pourrait partir à la recherche de ses amis. 

Mais trouver un abri en pleine jungle était une tâche compliquée... Et pas question d'y dormir : Dieu seul savait quelles horribles bestioles pouvaient s'y trouver. Oliver préférait rester près de la plage. Faute de trouver une caverne ou quelque chose de semblable, il dut se résigner à dormir à la belle étoile. Il tenta de se confectionner un petit abri de fortune à l'aide de quelque branchages et de feuilles de palmier mais le résultat final était assez risible, menaçant de s'écrouler au moindre coup de vent... 

Par chance, le temps se montra plutôt clément ce soir là...


Seul au monde...


- Mattez ça ! Y'en a un là !

- Ok les gars, celui là on le prend vivant, le premier qui joue de la gâchette je le colle au trou... Le boss nous en a déjà passé une belle hier je tiens pas à ce que ça se reproduise.

Des hommes armés habillés en noir se dirigeaient vers Oliver, le tirant brusquement de son sommeil. 

- Allez, suis nous toi !

Qui pouvaient êtres ces types ? Le moins que l'on pouvait dire c'est qu'ils n'inspiraient confiance. Oliver décida toutefois de faire ce qu'ils disaient et de se taire... Les fusils d'assaut ne devaient pas être là seulement pour la déco et finir truffé de plombs ne faisait pas partie de ses projets d'avenir.

On l'amena jusqu'à une sorte de camps militaire ou s'entassaient une cinquantaine de types à la mine patibulaires, eux aussi armés jusqu'au dent. Était-ce une SMP quelconque ? Des mercenaires ? L'écart entre les deux étaient souvent bien mince de toute façon...

Il entra ensuite dans un petit bâtiment dans lequel se trouvait une sorte de bureau et un homme qui devait certainement être le chef.

- Oliver Queen ?! Bien les gars... Vous me feriez presque oublier votre bévue d'hier soir... Ce sera tout. Rompez.

Bon, ce type semblait être un peu plus raisonnable que les autres... Il y avait peut-être moyen qu'il puisse répondre à ses questions.

- Qui êtes-vous ? Qu'est ce que c'est que cet endroit ?

- Vous voilà bien curieux monsieur Queen... Ici c'est moi qui pose les questions. Puis-je savoir ce que vous et une quinzaine de personne dont vos géniteurs sont venus chercher sur notre île ?

- Houlà on se calme... On est rien venu chercher ici. C'est un simple incident avec notre navire qui nous a amené ici. Vous savez où sont les autres ?

- Oh un incident fâcheux je le crains monsieur Queen... Regardez donc à la fenêtre.

Des soldats du camps transportaient ce qui semblait être des corps dans des sortes de bâches blanches pour les empiler en tas... Déversant ensuite de l'essence, un des mercenaires mis le feu au tout.

- Vous voulez dire que... ?

- Je regrette sincèrement... Mes hommes ont la gâchette facile et ont pour ordre d'éviter que des curieux s’intéressent de trop près à nous. Toutefois, j'ai été passablement ennuyé de constater que Robert et Moïra Queen ainsi qu'une dizaine de jeunes fortunés comptaient au nombre de nos victimes... Nous aurions pu gagner un peu d'argent en échange de leur libération. Enfin quand je parle de libération... Il est évident que nous n'aurions pas pris le risque de renvoyer ces jeunes imbéciles chez eux. Il me reste maintenant à décider que faire de vous... 

Ses amis, ses parents abattus de sang froid par ces militaires à la manque... Pour la première fois de sa vie, Oliver se sentit pris d'un accès de rage extraordinaire, lui insufflant un courage dont il ignorait jusqu'à l'existence. Il se jeta sur le chef des mercenaires, lui assénant un crochet du droit qui le fis vaciller...

- Enfoiré... JE VAIS TE CREVER !!!

Mais malgré toute sa colère, le jeune homme n'avait guère de chance face à un militaire entraîné. Il fut rapidement maîtrisé tandis que des mercenaires l'emmenaient dans une cellule située dans un bâtiment à l'est du campement.
Ses chances de survies étaient quasiment nulle... Ce pseudo-commandant avait été clair sur de point : pas de témoins.
Fatigué, terrassé par le chagrin, Oliver finit par succomber au sommeil, persuadé que ce serait sa dernière nuit...


Une lueur d'espoir


La nuit était tombée sur le campement depuis plusieurs heures et les gardes commençaient déjà à relâcher leur attention... Il n'en fallut pas plus à cette ombre dissimulée dans la végétation pour se faufiler jusqu'aux cachots.

Elle sortit un petit chalumeau portatif et commençait à s'attaquer à la serrure de la cellule d'Oliver... Éveillé par la lueur de l'appareil, le prisonnier émergea subitement et découvrit que "l'ombre" était en réalité un homme vêtu d'une tenue semblable à celle de se geôliers. Alors qu'il s'apprêtait à demander ce que tout cela signifiait, l'homme en noir lui fit signe de se taire. 

Une fois son ouvrage terminé, il s'approcha d'Oliver lui chuchotant des instructions...

- Suis moi, ferme ton clapet et fais tout ce que je te dis... Si t'arrives à faire tout ça, y'a peut-être une chance que tu t'en tires. Déclenche l'alerte et je te laisses crever ici. Pigé ?

Le jeune milliardaire hocha la tête. C'était on ne peut plus clair... 

Suivant de près l'homme en noir, Oliver se faufila dans les étroits couloirs en prenant garde de ne pas perdre de vue son compagnon. Ils réussirent finalement à esquiver la plupart des gardes du camps... Et lorsque l'alarme fut enfin donné les deux fugitifs étaient déjà loin.

Le mystérieux sauveur d'Oliver vivait dans une sorte de vieille cabane à moitié délabrée située dans la zone la plus sauvage de la jungle. 

- Pas mal Queen, je m'attendais pas à ce que tu y arrives... J'ai peut-être eu une bonne intuition en venant te libérer tout compte fait.

- Vous êtes qui à la fin ?

- Agent Spécial Jonathan Cage... On m'a envoyé pour vaporiser toute cette clique de rigolos.  Infiltrer le camp, gagner leurs confiance puis attendre le moment opportun pour tout faire péter et appeler les renforts. Enfin ça c'était la théorie. Dans les faits, ma couverture a sautée en deux heures et j'ai réussis à m'échapper de justesse. Ils ont bousillés mon émetteur, aussi suis-je désormais considéré comme disparu. Ça fait 6 mois que je survis en me planquant et en volant des armes, mais à un contre dix c'est perdu d'avance. J'ai cru que la providence m'avait envoyé quelques alliés avec le naufrage de tes compagnons, mais les hommes de Jackson sont tombés sur eux avant moi... Perdu pour perdu je me suis dit que ça pouvait valoir le coup de sauver le seul prisonnier qu'ils avaient fait.

- Désolé de vous dire ça mais vous venez de perdre votre temps. Je ne vous serais utile en rien... Ma spécialité c'est les shot de martini, pas les opérations militaires.

- Alors quoi ? Tu comptes attendre de crever ici ? Ces gens sur le bateau c'était tes amis ! Ta famille !

- JE LE SAIS !

- Alors bouge toi le cul Queen et pour une fois dans ta vie fais quelque chose qui ait un peu de sens ! Oui je sais qui tu es Oliver Queen, pas besoin de te le demander, j'ai vu ta tronche dans les journaux suffisamment de fois pour le savoir... 

- Qu'est ce que vous pouvez bien savoir de ma vie...

- Ce que j'en sais ? Réveilles-toi un peu mon gars ! "Oliver Queen tabasse un paparazzi", "Scandale : Oliver Queen arrêté pour conduite sous l'emprise de stupéfiants"... Ta vie,on y a le droit tous les six mois à la téloche. Pour le reste du monde, t'es juste un branleur... Un branleur riche mais c'est tout. Qu'est ce qu'il te faudra pour te secouer ? 

Difficile d'encaisser quand on a l'ego démesuré d'un gosse de riche à qui l'on a jamais osé dire ses quatre vérités... Alors Oliver réagit de la seule façon qu'il connait : bêtement.

- TA GUEULE !

Pour la deuxième fois en deux jours, Oliver en vint en mains... Et pour la deuxième fois il perdit. Cette fois-ci, il n'avait même pas pu compter sur l'effet de surprise. Cage para sans peine son coup et le renversa au sol.

- À présent Queen voilà ton choix : soit tu te décides à me filer un coup de main et on se tirera d'ici tous les deux, soit tu fais comme d'habitude, c'est à dire rien et je t'abandonne à ton sort. T'as deux heures pour réfléchir, décides bien.

Sans un mot de plus, le soldat sortit de la cabane... D'abord vexé, en colère, Oliver réalisait au fil du temps qui défilait que l'autre avait au moins raison sur un point : ses parents, ses amis avaient été assassinés. Il n'avait plus rien. Ce Jackson et sa troupe de petits soldats de plomb devait payer.

Alors qu'il faisait les cents pas, quelque chose chuta de sa veste... Le carnet de son père. Il remarqua la curieuse forme triangulaire sur la reliure. À l'intérieur, des dessins, des plans, des choses qui semblaient écrite dans une sorte de langage étrange... Le dessin de la première page était celui qui le consternait le plus. Un simple plan de ce qui semblait être une ville. Peu intéressé par le monde des études, la géographie n'était pas le point fort d'Oliver... Mais les contours de la cité lui semblait vraiment familiers... Malheureusement impossible de la resituer. 

Interrompant le jeune homme dans réflexion, Cage fit irruption dans la pièce. Il portait un arc et deux oiseaux qu'il avait dû attraper sur la plage. 

- Alors Queen ? Ta décision ?


- Très bien... Quoique vous vouliez faire de moi j'accepte de vous aider. Je n'ai pas tellement d'autres choix...

- Tu l'avais. Vivre et te battre ou mourir en lâche. Allez viens bouffer... Ta première bonne décision en vingt ans de vie, ce serait dommage de ne pas marquer le coup.

Cette fois-ci Oliver ne prit pas note de la remarque... Il avait bien trop faim pour se battre et de toute manière, ce type n'avait pas totalement tort. 


Entraînement


- Debout !

Un ensemble militaire jeté à la figure et les volets ouverts sans plus de préavis, voilà qui donnait bien le ton de la journée.

- Qu'est ce que c'est que ça ?

- Ta tenue...

- Pour faire quoi... ?

- Pour t'entraîner.

- M'entraîner ? Mais je...

- Tu ne croyais tout de même pas que j'allais te faire faire quoi que ce soit alors que tu sais à peine coller une droite ?[/size]


Alors voilà comment ça va se passer : Je t'apprends un truc, tu restitues... Et je te préviens on est pressé, pas le temps d'y passer trois mille ans. 

Sans rien répondre, Oliver enfila le tenue que venait de lui donner son compagnon... Tout cela ne l'enchantait guère mais maintenant qu'il avait accepté les règles du jeu impossible de revenir en arrière. 

Menant son nouvel élève sur la plage, Cage entama le premier exercice sans plus de cérémonies. 

- Bien, on va commencer par un truc pas trop dur... Choppe ça.

- Un arc ? Pour quoi faire ? C'est sympa pour le tir au pigeon mais après...

- Ah oui j'oubliais presque la règle numéro deux... Quand je parle tu la fermes. Ce magnifique objet, au delà du tir au pigeon a plusieurs qualités. Numéro une : l'absence de bruit. Prend n'importe quel silencieux sur une pétoire, tu arriveras jamais à égaler la discrétion d'un arc. Numéro deux : les munitions réutilisables. Les trois-quarts du temps ta flèche pourra resservir... Un atout pas négligeable quand on a tout un régiment en face. Troisième et dernier avantage : la discipline. Le maniement de cette arme demande rigueur et concentration ce qui tombe parfaitement puisqu'il te manque les deux.

Il marqua une pause puis désigna des objets placés sur des poteaux un peu plus loin.

- L'exercice du jour consiste à toucher ces trois cibles que tu vois là. On commencera à trois mètre de distance, à la fin de la journée tu devras être capable de les toucher à six mètres. C'est partit...

Les premières tentatives d'Oliver furent plus comiques qu'autres choses... "Respire", "tes jambes". Combien de fois avaient-il entendu ça aujourd'hui ? Il avait arrêté de compter. Une chose était certaine, l'application de ces conseils était synonyme de réussite neuf fois sur dix. 

Inlassablement, il avait tiré sur ces vieilles boîtes de conserve toute la journée... Et chaque progrès signifiait une complication de l'exercice. Pour un moment de joie et de fierté qu'il ressentait se succédaient dix autres ou se mêlaient colère et frustration.

- Bon, je pense qu'on a terminé pour aujourd'hui. Demain matin on vise les dix mètres et l'après-midi... Tu verras bien.

Dès le lendemain, des exercices de corps à corps vinrent s'ajouter au tir à l'arc. La vie entière d'Oliver n'était devenue qu'entraînement... Les journées s'enchaînaient apportant chacune leur lot d'épreuves. Petit à petit, sans s'en apercevoir, le gosse de riche immature se métamorphosait, laissant place à un nouvel être... L'entraînement n'avait pas seulement pour but de fortifier le corps mais aussi l'esprit. 

L'humilité, la rigueur... Toutes ses valeurs qu'Oliver ignorait il les apprenaient jour après jour. Cage était un bon instructeur : sévère mais juste... Et à sa grande surprise, Oliver était assez doué quand il prenait la peine d'écouter ce qu'on lui expliquait.

Aux termes de trois mois d'entraînement acharné l'homme qu'était autrefois Oliver Queen était mort. Quelqu'un d'autre, quelque chose d'autre avait pris sa place...

Héritage

Cela faisait deux ans qu'Oliver était coincé sur l'île. Un an qu'il luttait pour sa survie au côté de son compagnon, tentant d'affaiblir au mieux les mercenaires qui les traquaient sans répit. Sans grand résultat malheureusement... Chaque dépôts d'armes qu'ils réussissaient à piller ou à détruire étaient remplacé aussitôt, chaque escouade décimée était aussitôt reconstituée par un nouvel arrivage de mercenaires. Leur ressources semblaient illimitées à un tel point que les deux hommes commençaient réellement à se demander s'ils pourraient un jour en venir à bout...

Ce soir là, Oliver consultait à nouveau le carnet de son père... Quoique que contienne ces quelques pages, son géniteur ne devait pas en être fier. Pourquoi ce serait-il donné tant de mal à le cacher dans le cas contraire ? 
Oliver ne s'était jamais réellement intéressé aux affaires de son père... Quelque part, il ignorait pas mal de chose sur cet homme, sur ce qu'il était, sur ce qu'il avait pu faire ou dire pour gagner quelques marchés ou de gros contrats... Peut-être ce carnet contenait-il cette vérité ? 

Mais souhaitait-il vraiment le savoir ? Voulait-il ternir l'image qu'il avait de son père ?  

Oui... En lui transmettant ce carnet, la dernière volonté implicite de son père était qu'il sache la vérité...Et qu'il agisse en conséquence. Maintenant et plus que jamais, il était responsable de l'héritage que laisserait les Queen au monde... Autant faire en sorte que celui ci soit le meilleur possible.

- Encore en train de regarder ce machin ?

- Encore et toujours...

- Je ne t'ai jamais demandé en deux ans... J'estimais que ça ne me regardait pas. Mais maintenant que je nous sens bien parti pour crever ici... Peut-être pourras-tu satisfaire ma curiosité ?

- Moi même je l'ignore... Mon père m'a laissé ça la nuit où notre bateau a coulé. C'est crépis de codes et de schémas mais ça ne m'aide pas.

- Sans vouloir te vexer, ça ne me surprend pas... Queen.CO était pas réputé pour avoir son beurre uniquement de façon honnête.

- C'est ce que j'ai cru comprendre...

- Codé tu dis ? Dans le métier on a quelques notions là dedans. 

- Bah ! Au point où on en est... Jettes-un œil.

Il lui envoya le carnet que Cage saisit au vol.

- Hmmmm, c'est pas très compliqué... Voir même basique comme codage. Enfin pour quelqu'un qui s'y connait... Je te fait une annexe, vite fait. 

Profitant qu'une des pages étaient blanches, il se mit à griffonner la technique de décodage... 

- Voilà... De ce que j'en vois c'est essentiellement du blabla technique sur de l'électronique... Des appareils de pointes. Ça ressemble à ce que l'on trouve comme sécurité dans une prison. Clavier numérique, verrou électronique des trucs dans ce goût là.

- Hmmmm pas impossible, la boîte de mon père est spécialisée dans l'électronique avancé... On fait à peu près n'importe quoi, ça dépend des commandes de la part des clients. Tu as vu la carte sur la deuxième page ?

- La carte ? J'ai du la louper. Voyons ça... Hé mais c'est Gotham !

- ... City ?

- Ouais... Une partie de la ville est entourée. Des quartiers pourraves, de vrai coupes-gorges. Y'a un truc d'écrit... Je traduis vite fait... "A-R-K-H-A-M C-I-T-Y". Arkham City ?

- Arkham... Comme l'asile de dingue à la périphérie de la ville ?

- Tout juste... Si on fait le parallèle avec les schémas... Non c'est pas possible...

- Une ville-asile ?

- Vu le niveau de sécurité du matos de ton père, c'est pas que pour enfermer des fous... C'est une ville-prison !

- Quoi ?! Mais c'est complètement dingue !! Imagine : la moindre brèche de sécurité et c'est des milliers de cinglés qui seront lâchés dans les rues !

- C'est louche comme projet c'est sûr... 

- C'est clair maintenant il faut que je rentre et empêcher ce truc de voir le jour si c'est encore possible...

- C'est tout à fait louable mon gars de vouloir jouer au robin des bois mais je te rappelle qu'on est bloqué ici.

- Peut-être pas... Je viens de penser à un truc avec cette histoire. Bon résumons : on descend une patrouille. Le lendemain Jackson la fait remplacer. Un hydravion arrive, dépose les mecs dans une de leur zone de débarquement de l'île...

- Oui j'y ai pensé mais tu te rend compte ?! Primo, ces convois sont trop bien protégés. On aurait pas le temps de tous les éliminer que l'avion serait reparti. Ensuite je te rappelle que Jackson débarque ses mecs sur une zone aléatoirement. À moins de lire dans sa tête...

- Ou de le lire sur une carte. Voilà ce que je te propose. Demain on descend une patrouille... Procédure standard on se planque et on les abat avec les arcs avant qu'ils aient le temps de s'en rendre compte. Ensuite je me rends au camp de Jackson habillé comme un de ses larbins. J'espionnerai son coup de fil et je copie la carte qui donne les différents spot de débarquement... La suite et simple : le jour du dépôt de troupes, on trucide l'escorte à mi-chemin et on fait le reste du chemin à leur place habillés en mercenaires. Ensuite, on se rend au spot en courant comme des dératés... On racontera aux autres que l'escouade s'est faîte attaquée et qu'on est les seuls survivants. Bon ça puera l'arnaque,  mais on pourra les descendre en profitant de l'effet de surprise... De toute façon on sera assez près de l'avion pour pouvoir grimper avant que le pilote ne se tire.

- C'est complètement dingue et tiré par les cheveux... Mais y'a une chance que ça marche. Et c'est toujours mieux que d'attendre la mort ici... Je roule gamin.


[/i]
Evasion

Embusqués dans deux arbres l'un en face de l'autre, Oliver et son compagnon guettaient la patrouille de mercenaire qui étaient censée passer dans quelques minutes... En général Jackson n'était pas très inventif et les hommes avaient des zones attribuées que les deux compères avaient finis par connaître par cœur. 

Réglés comme du papier à musique, les mercenaires firent rapidement leur apparition...

- Bon et souvenez vous de bien faire gaffe : une cinquantaine y seraient passés avant nous maintenant.

- Ils se seraient lassés paraît-il... Cela fait bientôt un an que personne a été attaqué.

- Ouais ben rien ne nous dit qu'ils changeront pas d'avis...

Malheureusement pour lui, le chef du détachement avais vu juste. L'efficacité des deux hommes ne lui laissa pas le temps de comprendre... Cinq flèches étaient parties et déjà, tous les soldats avaient péris.

- 3 à 2... Tu vieillis.

- Fais pas le mariole Queen c'est pas le moment... On fait quoi maintenant ?

-  Maintenant on fonce à la base, on se mêle tranquillement aux autres troufions et on attend que l'alerte soit donnée. J'ai eu une autre idée ici, histoire qu'on vienne pas m'emmerder pendant que j'écouterais aux portes. Choppe ça.

Ramassant une des armes des mercenaires qui traînait au sol, Oliver l'envoya dans les bras de son camarade.

- Une pétoire ?

- Abat les gardes de la porte, ça donnera l'alerte... Et ça videra un peu le camp. Ensuite, tu te casses et tu te planques.

- Ok je m'arrangerais pour les semer... 

Arrivé à la base, Oliver et Cage firent mine de vaquer à leurs occupations attendant que l'alerte soit donnée... Une heure plus tard, un soldat affolé revint à la base pour signaler que la patrouille alpha avait été abattue du côté est de l'île. Profitant de la panique Cage s'avança près des deux gardes qui surveillaient l'entrée principale et les abattu avant même qu'ils aient le temps de répliquer... Rapidement, une quinzaine des cinquante gardes de la base se lancèrent à sa poursuite.

Il était temps d'agir... Oliver utilisa une carte d'accès qu'il avait "emprunté" à un des mercenaires abattu plus tôt dans la matinée et pénétra dans le bâtiment où se trouvait le bureau de Jackson. Comme prévu, le "grand chef" semblait passablement agacé par ce remue-ménage... Et ses supérieurs aussi.

-... demande une unité de renfort pour demain matin. Oui monsieur encore Queen et l'agent du gouvernement... Non monsieur ils sont toujours introuvables et comme nos unités disparaissent de manière assez aléatoire il est très difficile de les localiser. Oui monsieur je sais que les hommes coûtent chers... Je vais les attraper je vous le garantit. Demain au point delta ? C'est noté.

Parfait... Restait maintenant à savoir ce qu'était le point delta. Ce qui impliquait de faire sortir Jackson de son bureau. L'alarme y mettrait bon ordre... Et vu le désordre qu'avait provoquait Cage à l'entrée il y avait même une justification parfaite à son déclenchement. Poussant le bouton rouge, un son strident retentit dans tout le bâtiment, finissant de vider celui-ci de ses dernier occupants. 

Oliver pénétra dans le bureau de Jackson, cherchant dans les différents tiroirs du bureau. Equipement...effectif... Cartes ! Une fois le bon dossier trouver, ce fut un jeu d'enfant de trouver le plan des drop-zones. Un coup de photocopieuse et c'était bon... 

Des bruits de pas dans le couloir ?! Malédiction ! Jackson revenait plus tôt que prévu et la retraite d'Oliver était coupée. Dernière option : la fenêtre. Oliver se pressa de récupérer la copie, replaça la carte à la hâte dans le dossier puis sortit par la fenêtre... Tout en espérant que Jackson ne prêterait pas trop attention au fait qu'elle ait été ouverte.

Regagnant leur cachette, Oliver montra à Cage leur billet pour la liberté. Demain, ils quitteraient ce caillou pour de bon...
[/i]
Le grand jour...

Six heures du matin... Oliver et Cage s'étaient postés dans un bosquet, guettant l'arrivée de l'escorte. À leurs côtés, armes d'assaut et Thermos de café. Les deux hommes n'avaient pas beaucoup dormis et ne voulaient manquer les mercenaires sous aucun prétexte.

Vers neuf heures moins le quart, un petit groupe de soldat arriva à leur niveau... La zone étant relativement dégagée, l'assaut serait brutal et rapide. Ils avaient toutefois équipés leurs armes de silencieux pour réduire un maximum le bruit qu'occasionnerait la fusillade.

Les deux compères sortirent de leur cachette et arrosèrent littéralement la petite escouade de rafale bien dosées. Une fois les soldats éliminés, ils se mirent à courir jusqu'au point de rendez-vous...

- Qu'est ce que c'est que ce bordel ? Où sont les autres ?

- On a été attaqués par les deux gêneurs, embuscade surprise on a rien pu faire. On a tiré au pif, ça leur à fait peur... Mais je crois pas qu'on ait réussi à les descendre. Mieux vaut ne pas tarder ils sont peut-être encore dans les parages... 

- Vous ne croyez pas si bien dire Monsieur Queen...

... Jackson ! Et il était venu accompagné d'une dizaine d'homme.

- Vraiment félicitation, c'était très audacieux comme plan. Malheureusement votre petit numéro d'hier m'a mis la puce à l'oreille... Cette fois ci c'est terminé.

Les mercenaires commencèrent à aligner les deux évadés. Ainsi tout était fini... Ils avaient échoués si près du but...

- Tire toi gamin...

Cage balança un fumigène et se mit à canarder les autres. Pourquoi se sacrifier ainsi ? Oliver ne le savait pas, mais s'il voulait donner un sens à cette mort autant faire ce que son camarade lui disait sans discuter... 
Se battant comme un possédé, il abattu un à un les passagers et le pilote. Cage lui avait expliqué quelques base de pilotage "au cas où...". Et il avait été sacrément bien inspiré... La diversion de son ami avait laissé le temps à Oliver de fermer le sas, mais malheureusement, les derniers hommes de Jackson encore en vie après l'assaut surprise projetaient encore d'envoyer Oliver 6 pieds sous terre...

Il élança son appareil sur les eaux bordant la plage puis finit par s'envoler, échappant de justesse aux mercenaires... Amère réussite puisqu'elle avait coûtée la vie de son frère d'arme. Plus qu'un ami, Cage était un guide, un mentor... Il était mort pour qu'Oliver puisse accomplir sa mission, donnant sa vie pour une cause qui n'était même pas la sienne.

Pour son père et pour son ami décédé, il fermerait Arkham City... D'une façon ou d'une autre.


❧ Introduction ☙


La nuit tombait sur Gotham tandis qu'un écriteau signifiait son échec à l'héritier de la famille Queen... Arkham city n'était plus un projet mais bel et bien une réalité.

Oliver Queen le fils prodigue de Star City ne pouvait plus rien faire... Qui écouterait ce gosse de riche insouciant et immature ? Non... C'était d'autre chose dont Gotham avait besoin. Un être qui pourrait aller la où un millionnaire ne se risquerait pas... Un protecteur du peuple face à un pouvoir qui s'était corrompu lui-même... Il ne s'agissait pas d'une vendetta mais bel et bien de justice.

Le carnet n'avait pas révélé tous ses secret. Une dernière partie restait codée... Et pas de la même manière que toutes les autres. Un seul indice figurait au dessus de ce mystérieux paragraphe : "WONDER". Une chose était sûre, c'est à Gotham qu'Oliver trouverait ses réponses.

Tout ce dont-il avait besoin pour sa croisade, il l'avait acquis sur l'île : Entraînement au combat, stratégies, techniques... Il ne lui manquait qu'un symbole, quelque chose de fort, que les criminels comme les citoyens pourraient identifier au premier coup d'oeil...

Comment Cage l'avait-il appelé déjà ? Robin des bois ...?


❧ De l'autre côté du miroir ☙


    ✕ Pseudo : qui es-tu sur le net ?.
    ✕ Fréquence de connexion : .../7.
    ✕ Comment nous as-tu connu : dis nous où tu nous as trouvé afin que l'on cible mieux nos pubs .

    ✕ Âge :  écris ici ton âge.
    ✕ As-tu des suggestions, des remarques  :  fais-toi plaisir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Oliver Queen - Green Arrow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Oliver Queen - Green Arrow
» Oliver Queen
» Les liens d'Oliver Queen & Green Arrow | **En Cours**
» Oliver Queen [Arrow - Green Arrow]
» Présentation d'Oliver Queen [Validée]
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC : Heroes' Legacy :: Accueil :: Fiches de Personnages :: Présentations validées-