AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Black Canary's here !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dinah Laurel Lance
Justicière
avatar
Justicière
Afficher infos
Messages : 43
Points rp : 32
Date d'inscription : 27/04/2017
Autres informations :
Présentation
Carnet de liens
Bibliothèque rp
→ [url=.]Demandes rp[/url]
-----------------------
✥ Taille : 1,65 m
✥ Poids : 55,5 kg
✥ Cheveux : Bruns
✥ Yeux : Bleus/gris

✥ Nom : Lance
✥ Prénom : Dinah Laurel
✥ Alias : Black Canary

✥ Dessous de poitrine : 95
✥ Bonnet : C

✥ Âge : 28 ans
✥ Date de naissance : 10.04.1974
✥ Lieu de naissance : Gotham
✥ Nationalité : Américaine

✥ Situation : Célibataire
✥ Orientation sexuelle : Bisexuelle, tendance hétéro.

✥ Métier : Tenancière d'un bar à Park Row.
✥ Occupation : Chanteuse et coach personnel – arts martiaux.

✥ Particularités : Métahumaine, pratiquante d'arts martiaux divers et porte souvent une perruque blonde.
✥ Armes : Canary Cry Bombs et diverses armes asiatiques dont elle n'use que rarement, préférant se battre au corps à corps.


MessageSujet: Black Canary's here !   Jeu 27 Avr - 14:47
☞ Dinah Laurel Lance ☜
« I'm the justice you can't run from. »

✭ Document d'identité ✭

Nom : Lance
Prénom : Dinah Laurel
Alias : Black Canary

Âge : 29 ans
Date de naissance : 10 Avril 1974
Lieu de naissance : Gotham City
Nationalité : Américaine

Situation : En couple
Orientation sexuelle : Bisexuelle, tendance hétéro.

Métier : Olisitter, ça compte ? Femme à tout faire...
Occupation : Chanteuse et coach personnel – arts martiaux.
Groupe : Justicière.

Particularités : Métahumaine et pratiquante d'arts martiaux divers.
Armes : Canary Cry Bombs et diverses armes asiatiques dont elle n'use que rarement, préférant se battre au corps à corps.
✭ Comment est-elle physiquement ? ✭

Personnellement, je pense que tu es une jeune femme à qui la Nature a donné la force, la beauté et l'intelligence – malgré ton impulsivité. Tu mesures un peu moins d'un mètre soixante-cinq et pèses environ 55kg. De plus, tu possèdes une musculature bien définie grâce à tes nombreux entraînements – sans tomber dans l'excès – et ta silhouette est pourvue de généreuses formes que tu arbores avec une certaine modestie et sensualité. Tu es parfaitement conscience de tes charmes mais tu n'en uses pas toujours et, quoi qu'on puisse dire ou penser à l'égard de ton habituel style vestimentaire, tu n'est ni seras jamais vulgaire. Et, même niveau maquillage, tu n'accoutumes à teindre que tes paupières et tes lèvres.

Cependant, tu es très sure de toi et ça se voit dans ta façon d'être, de te mouvoir.
Ton charisme est incontestable, comme ta féminité et ton élégance même si tu parais souvent sérieuse, parfois stricte et qu'on a tendance à te croire peu souriante – ce qui n'est pas vraiment le cas : tu tentes du mieux que tu peux de maîtriser tes émotions car c'est ce qu'on t'a appris dans les disciplines martiales. Même s'il n'est pas rare de te voir en colère, mécontente et/ou aux sourcils froncés mais, ce qui t'est le plus caractéristique, est sans doutes ta voix. Elle est relativement grave mais douce, harmonieuse et puissante, exprimant tout ce que tu ne laisses pas transparaître, physiquement. Si on devait te comparer à une chanteuse d'opéra, pour définir ta voix, tu serais certainement une mezzo-soprano.

Quant à tes yeux, ils jonglent entre le bleu et le gris glacé, comme ceux de feu ta mère.
Aux premiers abords, il est difficile de s'imaginer que tu es une tenancière d'un bar mal fréquenté dans une partie de Gotham tout aussi mal-famée : Park Row. Si ta mère te voyait ! Si seulement elle savait ce que tu étais devenue après tes études en droit, je ne sais pas si elle serait aussi fière de toi... Au moins, tu restes toi, même lorsque tu es entourée de la vermine et la corruption que tu cherches tant à combattre.

Pour ce qui est de tes cheveux, originellement parlant, tu es brune même si tu as hérité de la perruque de ta mère – que tu portes une bonne partie du temps mais, surtout hors du travail. Ah... Une fois la nuit tombée, c'est ainsi que tu te métamorphoses en Black Canary, quittant tes jeans et tes jupes pour enfiler une tenue qui pourrait sembler outrancière, constituée par : un masque en latex qui couvre tes yeux, un juste-au-corps, une veste en cuir arrivant à ta taille, des gants et des bottes courtes en cuir, un ras-de-cou ainsi que des collants-résille – le tout en noir.

✭ Comment est-elle psychologiquement ? ✭

Mentalement parlant, tu es relativement difficile à décrire.
Tu es une femme très intelligente qui sait ce qu'elle veut, quand et comment et tu feras tout ce qui sera dans ton pouvoir pour y parvenir. Également, tu es fière, obstinée, anticonformiste, rebelle et plutôt ambitieuse. On a bien compris que tu as un problème avec l'Ordre et tu t'y fais difficilement au système hiérarchique et juridique qui s'est aussi durement ancré dans la société – même si tu as étudié, vu et revu pendant plusieurs années. Tu penses que la vraie Justice n'est plus, qu'elle est faussée et tu as d'autres moyens moins conventionnels pour le faire – ou, du moins, pour y contribuer. Hélas, tu ne respectes pas toujours les lois puisque ton devoir en tant que justicière est d'aider autrui, de sauver des vies et de chasser la vermine quoi qu'il en soit. Pour cela, il faut parfois faire entorse aux lois et tu n'y trouves aucun remord à le faire tout comme ta mère le fit, en son temps.

De ce fait, tu ne manques pas de confiance en toi-même et tu es aussi forte physiquement que mentalement – chose que tu ne manques pas de montrer, au grand malheur de certains. Tu es le genre de personne qui préfère agir plutôt que laisser quelqu'un le faire à ta place et, même si tu es impulsive et souvent violente, tu n'es pas pour autant irréfléchie. Tu pèses rapidement les pour et les contre avant de faire quoi que ce soit, parce que tu n'aimes pas être prise au dépourvue – tu aimes avoir les choses sous contrôle afin de ne pas agir et/ou travailler en vain. Tu es une personne très observatrice et autant ton expérience comme ton esprit critique te permettent de desceller facilement les mensonges et les illusions.

Même si on ne le voit pas toujours, tu es une femme de cœur, attentionnée et, qui, globalement, a une grande intelligence émotionnelle ; j'ai vu que tu n'avais pas vraiment de mal à te mettre dans la peau des autres, ce qui n'est pas toujours un don, il faut l'avouer. Ça te rend plutôt... lunatique ! De plus, tu es une mauvaise perdante : tu n'aimes pas perdre, quel qu'il soit le domaine où ait lieu ton échec. Tu es consciente de tes faiblesses, certes, mais tu tentes parfois de surpasser tes limites afin de ne pas entraver ta détermination et tes envies. Tu es assez rancunière mais tu sais pardonner.

Indéniablement, tu es une combattante aguerrie et qui ne perd pas en élégance. Même si tu n'accoutumes pas à le faire dans la dentelle, tu restes gracieuse et tu prends un malin plaisir à te battre – la plupart du temps, du moins. Tu n'es pas un monstre bagarreur et qui réagit au quart de tour, non, mais il est vrai que tu n'es pas particulièrement patiente mais tu es très persévérante – même si, par le passé, tu te lassais facilement de tout ce qui pouvait titiller ton intérêt. Ceci dit, tu sais te faire discrète, te montrer douce dans certaines situations et envers certaines personnes. C'est juste que tu ne peux pas rester à rien faire, parce que tu te prendrais trop la tête – tu réfléchirais trop et inutilement, surtout.

Ah... Qu'est-ce que tu me fais penser à ta chère mère, parfois...
Malgré le fait que tu puisses te montrer chaleureuse, être sympathique et sociable, tu es toujours un mystère. Tu es aussi réservée et rationnelle qu'elle, ma foi. Il n'y a pas trop de place pour la fantaisie dans ton esprit, ce qui est ironique en sachant que tu n'es que partiellement humaine. Mais, tu es une bonne conseillère, toujours disponible pour ceux qui ont besoin de toi et, même si ta mère ne voulait pas que tu reprennes le flambeau, je pense qu'elle serait fière de toi.

Accessoirement, je sais que tu aimes les animaux et les plantes, même si tu n'as pas la main verte. Malheureusement, les seules plantes qui survivent entre tes mains, c'est l'herbe à chat que tu as planté pour ton petit bout de chou ainsi que les cactus et autres plantes de sol sec - ou qui n'ont pas besoin d'être arrosées souvent. C'est ironique, de ta part puisque ta mère était fleuriste - à la base. Tu as surtout penché vers le milieu musical et on pourrait dire que tu es une mélomane à ta façon. Tu adores chanter, tu aimes la musique quel qu'il soit le genre - sauf certains des plus récents, que tu estimes comme n'étant que du bruit.

✭ Quelle est son histoire ? ✭

Je sais que tu n'aimes pas parler de toi, Dinah, mais aujourd'hui, il faut y faire entorse. Il y a des gens qui aimeraient savoir un peu plus à ton égard. Ils t'admirent comme tu admirais ta mère, autrefois. Vas-tu les priver de ces informations qu'ils disent vouloir emporter au tombeau ?


… …

Je vois.
Si tu ne veux vraiment pas le faire, permets-moi de prendre la relève :

« Dinah Laurel Lance est née à Gotham, le 10 avril 1974.
Sa situation familiale était assez cocasse, malgré les apparences, puisque sa mère – Dinah Drake – était une justicière et son père un représentant des forces de l'Ordre – un policier répondant au nom de Lawrence Lance. De cette union naquit une petite perle brune qui faisait la fierté de ses parents mais, surtout, de sa mère. Ah ! Leur ressemblance ne se limitait point à leur nom ni à leur physique, ça allait bien au-delà et ça ne fit que s'accentuer le jour où Laurel découvrit le secret de sa mère : elle était Black Canary et, la nuit, elle changeait d'apparence afin de combattre le crime.

Ses parents venaient de divorcer parce que Larry avait refusé de quitter son travail et que Mme. Drake ne voulait pas que sa fille grandisse dans un milieu aussi hostile que Gotham et ce secret longuement gardé  poussa son affection envers sa génitrice vers un tout autre niveau, la transformant en adoration. Elle idolâtrait sa mère, elle voulait apprendre et devenir comme elle pour un jour pouvoir parcourir les sombres rues de Gotham en sauvant des vies. Toutefois, Dinah Drake n'était pas du même avis et refusait de voir sa fille suivre ses pas car le monde était trop dangereux pour sa petite chérie.

De ce fait, non seulement elle fut forcée à déménager avec sa mère à Star City, mais leur relation se dégrada progressivement mais sûrement. Là bas, elle grandit principalement auprès de garçons, puisqu'elle avait assez de mal à traiter avec les filles à cause de son tempérament – déjà bien trempé dès son plus jeune âge. Elle rencontra Thomas Merlyn et Oliver Queen, des garçons d'un milieu bien différent au sien mais avec qui elle se lia d'amitié. Thommy était plutôt jovial, malgré son sérieux. Il était très intelligent et aimait se surpasser, tandis qu'Oliver manquait considérablement de motivation : il ne semblait s’intéresser à rien en particulier puisqu'il avait de tout. Sa situation financière ne l'avait jamais aidé sur ce plan-là puisqu'il avait tout ce qu'il voulait, quand il voulait – pour ce faire, il avait juste besoin de claquer des doigts.

Dinah le lui a souvent reproché et a cherché à le guider vers quelque chose qui lui plairait mais elle n'a jamais réussi à lui trouver un hobby dont il ne se lasserait au lendemain. Elle persévérait, tout de mêmes puisqu'elle l'appréciait et ne voulait pas le voir comme le ''gosse de riches ennuyant'' qu'on voyait, d'habitude. Même si, parfois, elle se disait que l'avis des autres était fondé et avait juste envie de le laisser tomber. Elle était son amie, pas sa mère ni un défouloir. Elle n'avait donc pas à payer pour ses sauts d'humeur et ses caprices.

La petite Dinah finit par grandir et décida de combattre la corruption et les maux qui rongeaient la ville d'une toute autre façon : en faisant des études de Droit. Si sa mère ne voulait pas qu'elle devienne une justicière comme elle, elle comptait quand même l'aider et protéger les citoyens en devenant avocate. Que ce soit à Star City ou à Gotham, la corruption et l'injustice avaient une place bien volumineuse dans la société et la brunette se sentait impuissante, frustrée, en le constatant. Elle ne pouvait pas rester de bras croisés !

Durant ses années d'étudiante, elle connut les déceptions de l'amour et vit l'homme pour qu'elle aimait s'éloigner d'elle ; elle avait des sentiments – qu'elle tentait d'ignorer tant bien que mal – pour Oliver Queen. C'était un vaurien, un type bien trop prétentieux pour qu'elle puisse admettre ouvertement ce qu'elle éprouvait à son égard. Cependant, lorsque leur amitié commença à se briser, on lui annonça sa mort lors d'un naufrage. Elle se fichait de qui d'autre aurait bien pu mourir ce jour là, ça ne la concernait pas. Ceci dit, ce macabre événement lui fit comprendre ses sentiments et qu'elle aurait dû lui faire part avant. Qu'elle aurait dû laisser son orgueil de côté, mais il était trop tard : il était mort, désormais et il lui fallut des mois pour faire son deuil. Ainsi, elle eut un petit coup de pouce de la part d'un de ses camarades de la fac : Craig Windrow, avec qui elle eut une relation de courte durée couplée d'un mariage et d’un divorce – tout cela, en un an.

Il avait profité de sa faiblesse et ne tarda point à changea du jour au lendemain, au grand malheur de la brune. Lui, qui semblait aussi doux, aussi attentif, était devenu un type odieux... Non. Il avait simplement caché sa nature pour la séduire. Au fil du temps, Laurel réalisa que même la Justice n'avait pas son sens d'origine et elle fut incapable de poursuivre ses études. Les femmes étaient mal vues dans ce milieu et elle n'appréciait pas d'être toujours derrière un bureau à rien faire, avec des tonnes de paperasse inutile. Un formulaire pour ci, un autre pour ça, des pouvoirs, des plaintes, des dénonces, des causes closes par manque de preuves, pots-de-vin, destruction de preuves et manque de protection pour les vraies victimes... Défendant plus de criminels et de mauvaises personnes que d'innocents ? Voir ces derniers finir en prison au nom des intérêts des requins de  Gotham ? Sans façons.

Rien n'était comme elle l'avait imaginé.
C'est pourquoi, notre petite Dinah finit par se tourner contre la corruption et les plus puissants de la ville, menant une guerre contre l'injustice. Elle abandonna ce domaine sans une once de culpabilité et commença à travailler çà et là, en tant que barmaid ou serveuse. Parfois elle chantait dans des musical pubs mais, sans plus. Elle adorait la musique mais elle n'avait pas songé à s'y consacrer professionnellement parlant. C'était un passe-temps, quelque chose qui l'aiderait à gagner un peu d'argent et à se changer les idées. Cette vie était en train de la détruire progressivement et elle ne parlait plus à sa mère, n'avait plus d'amis et n'était pas intéressée par les relations amoureuses.

Peu de temps après cela, on lui annonça le décès de sa mère – à son tour : apparemment, elle avait eu un accident de voiture et serait morte sur place. C'était une piètre mort pour une héroïne de son gabarit, n'est-ce pas ? Et bien, encore une fois, Dinah regretta de ne pas avoir montré à sa mère à quel point elle lui était chère et ce, malgré leurs différends. Elle ne s'en remis pas vraiment et opta pour retourner à sa ville natale, rejoignant son père. On lui proposa d'entrer dans la police mais elle refusa puisqu'elle était incapable d'accepter n'importe quelle forme d'autorité. Ce refus ne fit que creuser le gouffre qu'il y avait entre son père et elle – qui risquait de mal tourner, selon lui et qui pouvait lui faire honte ou tacher sa réputation.

Elle opta alors pour prendre l'apparence de sa mère, son costume et s’entraîna d’arrache-pied pendant de longues années. Elle eut des meilleurs mentors, dont Richard Dragon et Ted Grant, mais il lui fallut plusieurs années avant de se juger apte à devenir la nouvelle Black Canary. Elle était difficilement satisfaite avec ce qu'elle faisait, même quand ça lui plaisait. Qu'est-ce qui lui fit penser qu'elle était prête ? La découverte de son don, de son Canary Cry. Ainsi, elle apprit qu'elle faisait partie du faible pourcentage de métahumains qui peuplaient la Terre et que son pouvoir était unique. Comment a-t-elle fait cette découverte ? Et bien, il me semble que c'était pendant un entraînement en ville et fut surprise par un ennemi armé, qui plus est. C'était au tout début de sa formation auprès de Wild Cat et, lorsqu'elle voulut crier, elle émit un puissant ultrason qui expédia l'individu droit contre un mur. Sa voix avait brisé les vitres et les ampoules des lampadaires les plus proches.

Dinah a vécu principalement dans l'ombre des exploits de sa mère et préceptrice mais elle a quand même trouvé sa propre voie et réussi à se frayer une place parmi les justiciers de Gotham. Mais, être un justicier ne te nourrit pas ! Alors, elle fit l'acquisition d'un bar plutôt mal fréquenté dans une rue de Park Row tout aussi mal famée, où elle ne manque pas de se disputer avec des nombreux clients. Et, même si elle fréquente tous les jours la délinquance, la drogue et l'industrie du sexe – entre autres –, elle demeure incorruptible.

Hm... je sais qu'elle est toujours en froid avec son père mais ils ont repris contact après qu'il ait quitté la GCPD continuer sa carrière en tant que détective privé. Il paraît qu'il avait été rétrogradé, mais je ne saurais pas vous dire pourquoi. Dinah n'aime pas aborder ces sujets – surtout en public. Ah ! Par ailleurs, je peux vous dire qu'elle a adopté un chat, l'année dernière. Un matou blanc aux yeux verts qui est assez hargneux et capricieux mais son caractère change dès qu'il se trouve sur les genoux de sa maîtresse. 
»

Voici l'histoire de Black Canary, de ma petite Dinah.
Ces gens devront patienter et apprendre à te connaître s'ils veulent en savoir plus car je n'en rajouterais pas, afin de respecter ta décision. Il y a des choses qu'on n'a pas toujours besoin de savoir et tout le monde doit avoir ses propres secrets. Sinon, ça ne serait pas drôle, uh ? Je pense qu'un jour, tu leur en diras davantage mais ils devront gagner ta confiance, avant toute chose.

✭ D'autres informations à son égard ? ✭

Ton principal pouvoir, en tant que métahumaine, est ton Canary Cry qui, comme le nom le dit, est un cri à haute fréquence (ultrasonique) qui peut atteindre les 28 kHz et une puissance de 300 dB. Ce dernier te permet d'étourdir, rendre confus tes ennemis et, même, détruire des objets et blesser ou projeter autrui– en dépendant de la fréquence et la puissance sonore utilisée. De plus, en utilisant ton cri pendant un certain temps, tu peux causer dégâts internes sur tes cibles et ceux qui ont le malheur de se trouver à ta portée – tels que donner des fortes migraines, percer les tympans et déclencher des hémorragies, provoquer des arythmies cardiaques et respiratoires, etc. Cependant, tu peux également imiter des sons en tout genre – si tu le désires – grâce au contrôle direct de tes cordes vocales.

D'un autre côté, ma petite brunette, tu es une spécialiste du combat au corps-à-corps avec et sans armes. Tu es agile, rapide et forte – bien que tu ne sois pas plus forte qu'une humaine de ton gabarit qui ait suivi un entraînement aussi intensif que le tien. Tu maîtrises plusieurs formes et techniques de combat, autant occidentales comme artistiques et/ou asiatiques (arts martiaux) et figures parmi les meilleurs combattants du globe.

Styles de combat : Boxe, Muay Thai, Capoeira, Krav Maga et Savate.
Arts martiaux : Hapkido, Kung Fu du Dragon, Judo, Aïkido, Ju-jitsu, Taijutsu, Wing Chun, Taekwondo, Karaté et d'autres arts martiaux centrés sur la frappe et/ou la pression sur les points vitaux.

Accessoirement, tu as le permis de conduire pour les motos de grande cylindrée. De ce fait, tu possèdes une Moto-Guzzi California noire qui a ses années et qui roule aussi bien que le jour où tu as fait son acquisition. Pour ce qui est des Canary Cry Bombs, auxquelles on a fait allusion dans une autre rubrique, il s'agit d'une sorte de grenades – plutôt que de bombes, puisqu'elles n'explosent pas, à proprement parler – et qui peuvent imiter ton cris ultrasonique. N'est-ce pas fascinant ?


✭ RP d'introduction ✭

22h15 du 23 Octobre 2001.
Cela faisait quelques mois que tu avais aménagé le sous-sol du bar pour en faire ton appartement et planque, mais, seulement hier, tu avais réussi à installer des toilettes rien que pour toi. C'était d'un grand soulagement puisque devoir entrer dans les chiottes du bar te rebutait : même si le personnel le nettoyait toutes les deux heures, les clients trouvaient toujours le moyen de le laisser on ne peut plus crade. Qu'est-ce que tu n'y avais pas encore trouvé, hein ? Des petits sachets de cocaïne oubliés, des portefeuilles, les strings de quelques prostituées, des capotes usagées, du sang, un doigt, des clous...

Ah. Le joies de crécher à Park Row.
Les choses n'avaient pas vraiment changé depuis l'instauration d'Arkham City puisque ton quartier et son décor étaient toujours aussi miteux, le trafique de drogue et d'humains demeurait, faisant finement couple avec la prostitution. Au moins, tu ne manquais pas de travail dans ce coin pourri. Ni toi, ni aucun justicier ou vengeur, il fallait l'avouer. Et, quand tu passais une mauvaise journée, tu avais largement le choix : soit refaire le portrait aux clients qui ne savaient pas où était leur place, soit casser les dents aux fripouilles qui couraient dans les rues. Ici, la GCPD et les détectives privés n'avaient pas leur mot à dire – personne n'y prêtait attention, de toutes façons et la plupart des rares représentants de l'ordre qui étaient enfermés dans la zone de quarantaine avaient mal tourné. C'était... pitoyable.

Depuis ton retour, la ville avait connu des périodes de pseudo-calme et d'autres beaucoup plus mouvementées, telles que le Long Halloween, les attaques de divers criminels – surtout d'Arkham Asylum – et des coups à grande échelle où se mêlaient la mafia et les hauts placés de divers multinationales siégeant à Gotham. Tu aurais très bien pu quitter ton bar, te chercher un appartement décent ailleurs, peut être dans la périphérie, à Blüdhaven ou à Chinatown, mais non. Tu avais préféré rester-là. Après tout, c'était TON bar, ton territoire. La police pourrait très bien se charger la délinquance en dehors d'Arkham City et il y avait d'autres justiciers pour s'occuper de la corruption – tu n'avais donc pas à porter un aussi lourd fardeau, ne serait-ce que pour te maintenir occupée et te changer les idées.

Bref.
Tu sortis de tes pensées, entendant des verres se briser et des clients rire et crier en encourageant deux soûlards qui se disputaient près du comptoir – tu connaissais les deux crétins qui se tapaient sur la gueule et s'en était devenu une habitude... Il était encore tôt pour que tu fermes le bar mais, quand les choses tournaient au vinaigre, c'était la meilleure façon de calmer l'ambiance. Tu as haussé la voix afin de demander aux gens de se taire et de partir, parce que tu allais fermer ton antre mais personne ne fit attention à toi. Tu fronças les sourcils, te retenant de hurler et de leur exploser les tympans optant. Alors, aussi calmement que possible, tu as lâché le chiffon et les verres que tu étais en train de sécher afin de prendre les chopes de bière des deux ivrognes. Ensuite, tu t'es penchée sur le comptoir et tu leur as renversé le contenu dessus, à eux et à ceux qui encourageaient la bagarre.

Tout le monde DEHORS. Le bar va fermer, vous avez trois minutes pour finir vos verres et vous tirer, les gars. lanças-tu sur un ton aussi sérieux qu'autoritaire. Mike, Paul. Vous, vous dégagez tout de suite si vous ne voulez pas que je vous casse les chopes sur le crane. Ça commence à bien faire ! ajoutais-tu, posant lesdites chopes sur le comptoir. Ronchonnant, les deux allaient quitter les lieux mais... ils avaient oublié quelque chose – ou, du moins, ils faisaient mine de l'avoir oublié, profitant du grabuge pour essayer de te duper : POPOPOPOOO ! Personne ne sort jusqu'à ce qu'on ait payé. Ça fera 160, 45 $ pour toi, Mike et pour Paul, 182, 65 $ – dégâts y compris, comme d'habitude. précisas-tu, tapotant le comptoir là où tu voulais qu'on dépose l'argent.

Tout le monde se résigna à finir leurs consommations et à régler la note après que les deux soûlards aient posé l'argent devant toi. Tu vis passer des billets d'une main à l'autre, signe qu'on avait même fait des paris pour cette bagarre. Les deux serveuses qui travaillaient avec toi firent de leur mieux pour nettoyer le local avant minuit. Tu les as laissées partir et tu as fermé la porte principale avant de remettre tout en ordre, rangeant le comptoir avant d'aller te changer. Il était temps que Black Canary prenne la relève, même si ton chat n'était pas du même avis : roulé en boule, il s'était couché sur ta veste et ta perruque, ronronnant bruyamment.

Un tu poussas un soupir avant qu'un petit sourire n'étire tes lèvres, attendrie.
Doucement, tu le soulevas pour prendre tes affaires avant de t'asseoir sur le canapé, posant cette adorable bestiole sur tes cuisses. Tu enfilas ta perruque avant de le grattouiller, optant pour te reposer un peu : tu avais bien travaillé, aujourd'hui. Tu avais mérité une petite pause.




PrezLiens rpRelationsVoixDemandes rp ★ Couleur : Cornflowerblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Black Canary's here !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les liens de Black Canary
» My little birdy [Black Canary & Music Meister]
» /Héros/ Black Canary
» Black Canary [UC]
» Was the singing really necessary ? | Black Canary & Music Meister
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC : Heroes' Legacy :: Accueil :: Présentations validées-