AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Pelucheux à souhait ! Selina Kyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selina Kyle
Âme errante
avatar
Âme errante
Afficher infos
Messages : 18
Points rp : 16
Date d'inscription : 27/04/2017

MessageSujet: Pelucheux à souhait ! Selina Kyle   Jeu 27 Avr - 19:03


Présentation








Nom:Kyle
Prénom:Selina
Sexe:F
Date de Naissance:12 Mai 1975
Taille:1,65m
Poids:56 kg




Description




Chat, chat, chat,
chat noir, chat blanc, chat gris.
Rapport d'enquête n°175 985, agent Ainsmann.

Les témoins parlent d'une silhouette féminine de taille moyenne, corps élancé et gracieux, un sans domicile de Park Row parle de je cite : Une espèce de gonzesse pas mal roulée en tenue de maîtresse du sado-masochisme. Cependant, après analyse des caméras de surveillance avec mon collègue, nous pouvons voir une jeune femme dans un costume noir brillant qui épouse les formes de notre suspecte. Celle-ci porte des chaussures de type rangers noires montantes.

«Oui enfin, on est à Gotham Charles. Des tarés en costume bizarre on a l'habitude.»
L'agent Ainsmann lance un regard noir à son collègue. Certes, il avait raison. Mais ne le lui fit pas remarquer, il planta de nouveau son stylo sur sa feuille et continua.

Notre suspecte ne semble pas être une débutante. Nous pouvons voir notamment qu'elle est armée de multiple gadgets : fouet d'une longueur impressionnante, lames aux extrémités des doigts, bolas et autres accessoires qui ont permis à notre cambrioleuse de voler son butin mais aussi de se défendre face aux gardes. Nous pouvons hélas identifier cette jeune femme uniquement sous le nom de Catwoman.

Park Row, 01h45.

- J'ai rendez-vous.
Cet homme en costard cravate ? C'est un soi-disant inspecteur envoyé par une riche épouse pas très contente de s'être faite voler ses parures en or véritable lors d'une soirée bourgeoise. Madame De Fersqueront n'était pas convaincue par le CGPD, il faut dire qu'elle préfère balancer allègrement de gros billets que d'aller porter plainte. L'inspecteur Keroff avait remarqué une nana. Elle n'était ni sur la liste des invités, ni sur la liste des préparateurs, alors, qui était elle ? L'indépendant avait réussi à remonter jusqu'à sa piste. Selina Kyle. Joséphine Benhami. Leah Dudesdalle. Bref, quelqu'un dont on connaît peu de chose mais qui, sait en faire beaucoup.

Après tout, le coup était presque parfait. Alors pourquoi la jeune cambrioleuse avait enlevé son loup de dentelle pour faire une grimace à la caméra de surveillance ? Comportement infantile. La Belle avait le physique parfait pour passer inaperçue dans un bal. Robe élégante noire, talons hauts et comportement charmant. Une cascade de diamant autour du cou, manucure parfaite et voix envoûtante, beaucoup de regards s'étaient retournés sur elle.
L'inspecteur attrapa un sans domicile par le bras et lui montra un portrait robot de la jeune femme.

- Allons, regardez mieux. Teint assez pâle, grains de beauté notamment près de la lèvre. Yeux verts en amande, maquillage à dominance noir… Une femme aussi belle ne doit pas passer inaperçue dans ces quartiers, si ?
Le jeune garçon ne dit rien et soupire.

- Environ un mètre soixante dix avec des talons, pulpeuse et démarche gracieuse, on ne l'imagine pas traîner dans Park Row ou le Bowery. Cheveux noirs coupés en un carré parfait, quoi que un peu désordonné sur la piste vidéo sur laquelle j'ai pu voir cette gonzesse voler des parures à une bourgeoise de Gotham… Rapide et élancée.
Le jeune garçon relève la tête et sourit.

- Je ne vous dirais rien. Rétorque t-il avant de fuir.
Charmant chat couché,
chat, chat, chat.

Park Row, 5h12.

- Selina Kyle ? Le vieil homme tousse avant de continuer, l'inspecteur Keroff en était venu à ce point : Catwoman était peut-être cette Selina Kyle et, elle était connue dans le quartier, notamment par les mendiants, les enfants des rues et les prostituées. C'est une nana discrète mais sympa. Elle reste une gonzesse qui sait tenir tête aux gros durs du quartier, il n'est pas rare qu'elle les remettent en place, elle a du caractère. Mais vous savez, Selina a le cœur sur la main. Elle participe souvent aux aides des sans-domiciles et aux gamins des rues. Même si aux premiers abords elle peut paraître hautaine et pimpante, on sent qu'elle se méfie des gens, j'ai cru comprendre qu'elle en a bavé quand elle était môme... vous savez ces histoires là, ça marque. Vous le voulez quoi ?

Financial District, 9h20.

- Je déteste les hommes d'affaires.
L'inspecteur est toujours à la recherche de cette Catwoman ou de cette Selina Kyle, il a retrouvé la trace d'un type qui aurait payé la chatoyante criminelle pour mettre la main sur de l'argent sale de la mafia russe. Cependant il semblerait que la demoiselle ai préféré garder le butin pour elle...

- C'est une putain de salope !
Les premiers mots du type en costard cravate sont tranchants. L'inspecteur espérait pouvoir en savoir plus, nombreux étaient ceux qui donnaient à Catwoman des noms d'oiseaux.

- Mais encore ?
- Au départ, on a l'impression qu'on peut lui faire confiance. Elle vous roule des mécaniques, vous charme et vous promet le ciel. Elle bat des cils comme Bambi et sait vanter ses mérites. C'est ce qu'elle m'a fait ! Mais après cette connasse s'est tiré avec mon fric. Elle n'est pas digne de confiance et vous rit au nez ! Elle s'est bien moquée de moi, vous savez, ces nanas qui ont un humour bien cynique et bien noir ? Eh bah voilà.




Histoire



Il est tard, la lune lui éclate au visage. Ce soir, Catwoman restera au placard, Selina monte sur un tabouret pour attraper une boite en carton. Elle est d'humeur nostalgique, ce soir rien ne l'appel, elle est seule avec elle-même. La jeune femme n'avait pas ouvert ce carton depuis qu'elle s'en était emparée dans la vieille maison en friche de son père, elle avait tenté de sauver tout ce qui était possible avant de les rayer totalement de sa vie. C'était comme ça que la féline faisait, c'est comme ça qu'elle se sauvait des démons qui la pourchassait sans-cesse, avec un bidon d'essence et une allumette. Tout oublier, pour vivre. Pour survivre. Elle l'a tellement fait que ce mot est tatoué sur son corps à l'encre transparente, il coule dans ses veines, il est chanté par son cœur. Survivre.
Selina s’assoit par terre, en tailleur. Elle ouvre la boîte et tente de tirer quelque chose entre la poussière et breloque. Une photographie, d'elle et sa sœur en train de souffler ses bougies. Huit ans, elle s'en rappelle encore de cette journée.

Huit ans, ça se fête.

Sa mère était enfin au top. Elle venait de sniffer son rail de cocaïne, ce qui lui fallait pour être à peu près conviviale. Jeanne Kyle était jeune, vingt quatre ans. Elle avait rencontrer son petit ami de l'époque Georges il y a huit ans, la même année, Jeannie tomba enceinte ils durent se marier. Il n'y eu personne à ce mariage glauque, personne n'approuvait l'union. Au fond, ils étaient malheureux. Couple de délinquants, de petites-frappes qui ne tournait qu'aux multiples drogues qu'on leur offrait, Jeanne et Georges noyaient leur malheur dans l'alcool.
Selina souffla ses bougies, cela fit rire sa petite sœur Magdaleine qui avait cinq ans de moins. Au final, Selina était presque la seconde mère de sa petite sœur, Jeanne ne posait même plus ses yeux sur ses filles. Souvent, Selina sauvait Maggie, sa mère ayant des tendances suicidaires, il lui arrivait de plonger la tête de la petite dans le bain. Selina observa ses bougies éteintes, elle esquissa un sourire alors que son père entra. Georges n'était pas quelqu'un de mauvais. Il avait un bon fond, il travaillait de temps à autre mais utilisait souvent son argent pour ses bouteilles. Il était ivre. Comme toujours. Mais il avait pensé à Selina ce jour là, il lui offrit un chaton blanc, ravivant le sourire de la petite fille.


La jeune femme soupire et fini par tirer un papier froissé, elle tente de déplier délicatement la feuille et ravale sa salive en lisant les premières lignes. Avis de Décès.

Avis de décès de Madame Jeanne Kyle.

L'ensemble de la famille, tous les proches et amis ont la profonde douleur de vous faire part du décès prématuré de Madame Jeanne Kyle. Survenu le 27 février 1995 à Gotham, à l'âge de 25 ans. L'enterrement aura lieu le 1er Mars 1995 au cimetière de Old Gotham.

- Il lui ai arrivé quoi à maman Selina ?
C'est la première question que posa Maggie en rentrant à la maison. Son père était sorti, il avait pleuré toute la nuit et s'était évaporé le matin même. Selina prit sa sœur sur ses genoux.
- Elle est morte.
Les paroles de la petite fille était tranchantes, sa petite sœur releva la tête et continua à la questionner.
- Oui mais pourquoi ?
Je n'en ai aucune idée. Malgré son jeune âge, Selina savait que quelque chose n'allait pas chez sa mère, toujours triste, toujours en pleurs. Elle faisait régulièrement des voyages à l’hôpital, mais ce soir là, elle n'en revint pas. De toute façon, Selina n'avait aucun souvenir de sa mère heureuse, ni même un souvenir de sourire. Au final, Maggie n'avait aucun souvenir de sa mère, Selina elle, avait enterré les bons souvenirs sous la couche de malheur. Elle était l’aînée, c'était toujours elle qui se prenait les baffes. Peut-être était-ce comme ça qu'elle prouvait son amour ? La main de Jeanne sur sa joue ne lui manquera pas.


Selina pose la feuille à côté d'elle, il brûlera ces conneries qu'elle ne voulait qu'oublier. Que faire de parents incapables ? Elle ne gardera sur sa peau que la brûlure de cigarette que son père lui avait accidentellement fait sur le genou. C'était déjà assez. La douleur se raviva, elle se pinça les lèvres et continua à fouiller dans la boîte. La jeune femme tira un dossier, c'était le dossier de l'Orphelinat.

Tribunal Solomon Wayne, trois ans après la mort de Jeanne Kyle.

- Il est inadmissible que ces petites filles restent sous votre toit monsieur Kyle, vous savez où votre aînée a été retrouvée lors de son interpellation ? Avec les prostituées de Park Row. Avec. Des. Prostituées. Vous vous rendez compte que ces dames s'occupent mieux de votre fille que vous ?
Il est encore saoul. Son hoquet résonne dans le Tribunal, Selina observe la scène, dépitée.

- Pourquoi le monsieur il engueule papa, Selina ? Demande Maggie en tirant sur la manche de sa grande sœur. Selina ne répond pas, elle est beaucoup trop occupée à trouver le moyen de prendre la parole pour le défendre. Bien que la vie depuis que Madame est décédée est un enfer, Selina pensait déjà à l'horreur qu'était d'aller à l'Orphelinat ou au Foyer Social. Il était impensable qu'elle et sa sœur se retrouve là-bas, alors que le Juge ne prêtait pas attention à l'enfant, celle-ci soupira et se racla la gorge.

- S'il vous plait ! J'aimerai qu'on m'écoute un peu ! MA sœur et MOI-même ne voulons pas nous retrouver dans le trou à rat dans lequel vous voulez nous jeter si on ne reste pas avec notre père. Je conçois qu'il soit le père le plus nul du monde mais… entre lui et les Foyers, le choix est vite fait !
Une heure plus tard, la décision est prise, Selina et Maggie seront dès ce soir au Foyer pour Fille de Gotham à Sheldon Park.


Elle s'en rappelait encore, de la puanteur des lits, de la méchanceté de ceux qui y travaillait. Un poulailler. Un abattoir. Selina rabattit ses mèches brune derrière son oreille et attrapa un papier, perdu parmi les autres.

Premier crime, 15 ans.


Selina levait les yeux au ciel. Encore lui. Le Commissaire Stein tapotait son stylo contre sa jambe, l'air dépité.
- Tu comptes faire quoi de ta vie gamine ?
L'adolescente ne répondit pas, ne lui offrant qu'un regard dédaigneux.
- Très bien. Tu connais la chanson je suppose. Alors, il s'enfonça dans son fauteuil et commença à dicter à sa secrétaire un long paragraphe.
- Midi. Mademoiselle Kyle Selina, connue des services de police à ce jour depuis bientôt un an a dérobé un manteau en vison d'un valeur de quinze mille dollars. Cependant, les caméras de surveillance du magasin l'on identifié, nous avons pu ainsi la retrouver en train de le revendre à Crime Alley. Selina Kyle est une jeune fille de type caucasienne, 1m60 pour... je dirais 50kg. Cheveux bruns, yeux verts. Elle fût déjà interpellée pour divers vols.

- C'est bon ? Rétorqua la jeune fille en lançant un regard mauvais vers le commissaire. Celui-ci soupira.
- Écoute petite, je sais que ce n'est pas facile en ce moment. Mais si tu veux de l'aide, je...
- Je n'ai pas besoin d'aide.


En fin de compte, Selina se disait que si elle avait acceptée son aide, elle n'en serait pas là aujourd'hui. A l'époque, Maggie était encore à l'Orphelinat, seule, sa sœur lui rendait visite presque tous les jours, lui promettant que dès qu'elle pourra, elle viendra la chercher. Mais pur cela, il fallait de l'argent pour assurer un toit à sa sœur, Selina tombe sur quelques billets dans la boîte.

C'est les soldes !

- Vingt-cinq dollars.
- Non.
- Cent dollars.
- Non.
- T'en veux combien ?
- Mille.
- T'as intérêt à assurer, chaton.
Selina se fit attraper par la taille par le cinquantenaire. Monsieur venait de sortir du travail, PDG d'une grande entreprise du coin, ce n'était pas rare de la voir ici le vendredi soir. Il avait de l'argent et toutes les filles le savait. Mais Selina était souvent la préférée, elle était jeune et belle comme la nuit, ses grands yeux verts semblables à des diamants, ses courbes rappelant une douce mélodie. Pour autant, elle ne se vendait pas chère. Mais avec trois clients dans la soirée, Selina arrivait à se faire une petite fortune.
Fitzgerald's Hotel. Certains avaient le chic de l'emmener dans des endroits luxueux. Le couple attrapa la clef de la chambre louée pour une nuit, ils montèrent au troisième étage, il la jeta sur le lit.

- Tu sais chaton, les hommes comme moi on besoin de divertissement. Ils ont besoin de femmes belles autour d'eux.
- Votre femme ne vous convient plus ?
- Elle est enceinte encore, ça la rend frigide et certainement pas sexy.
Des excuses, elle en entendait autant. Mais au final il n'y avait aucune de potable. Ils venaient, l'achetaient, puis s'en débarrassaient. C'était facile de n'être qu'un jouet.


Oh, elle s'en était fait de l'argent. Elle avait offert à Maggie tellement de chose qu'elle s'était oubliée. Pendant cinq ans, Selina avait fait les trottoirs, la muse des artistes dans les bars de strip-tease. Les envoûteuses d'un soir. Mais voulait-elle réellement faire ça toute sa vie ? Elle quitta le métier à 25 ans. Elle pose ses doigts sur un dossier, un vieux dossier poussiéreux qui avait fait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui. Catwoman.


29 Décembre 1999, Orphelinat Martha Wayne.

- Je ne comprends pas.
Selina relève les yeux vers le directeur de l'Orphelinat, celui-ci sirote un whisky puant et ne semble pas prêter attention à la détresse de la jeune brune.

- C'est une vieille histoire Selina, à l'époque les orphelinats étaient pas autant contrôler… aller, tire-toi.
L'histoire était digne d'un thriller, c'est en regardant son dossier de l'orphelinat que Selina avait remarqué la chose. On lui en avait parlé, des anciens camarades, les rumeurs avaient circuler, mais tout le monde avait fermé les yeux.

- Vous vendiez des enfants au marché noir. Rétorqua la jeune femme en balançant des copies de pages de dossiers. Tout ça en sympathique partenariat avec la mafia locale et… sans que personne ne lève le petit doigt.
- C'est faux.
- Alors pourquoi cette page a été rajoutée ? Il y est inscrit tout le pedigree des gamins et tout en bas là, le prix.

Le silence est lourd, les deux regards se croisent, le directeur ricane bêtement.

- Il y a vingt ans, on pouvait faire tout ce qu'on veut des gamins d'orphelinats ma chérie. Pourquoi ? Car tout le monde s'en fichait. Il y avait parfois de bonnes poires à qui on pouvait les refiler, on manquait de place et d'argent. Le calcul fût facile à faire.

- Et ça ne vous a rien fait ? De vendre de la chair à canon comme du bétail ?

- Absolument rien.
Selina serra les poings et d'un mouvement bref, balança sa main sur la joue du directeur. Celui-ci se laissa faire, sans même y réagir.

- Vous avez un bon fond, Selina. Murmura t-il en posant sa main sur celle de la jeune brune. Vous auriez pu faire de grande chose, même si j'ai cru comprendre selon les rumeurs que vos pulsions kleptomanes ne sont pas guéries… hum ?
Son regard est doux, il serre la main de Selina et attrape violemment ses deux poignets.

- Mais aux yeux de la mafia et aux miens, vous en savez trop.
Une fenêtre explosée. Une femme comme une poupée de chiffon. Douze étages.



Chat, chat, chat,
N'entends-tu pas,
Les souris danser à trois les entrechats,
sur le plancher ?
Elle se rappelle de tout. De ces longues heures étendue sur le sol, sûrement pensait-elle être morte.
Alors c'était ça la mort ? Sentir des langues rappeuses te bouffer les bouts de doigts ? C'est ouvrir les yeux faiblement et voir toujours la même ruelle puante ? C'est se faire bouffer par des chats ronronnants.

Selina s'était redressée, non sans mal. Les chats la collant, se frottant contre elle. Elle explosa de rire, le maquillage coulant. Les chats eux, s'étaient contentés de miauler en chœur, suivant la jeune femme comme une prêtresse.
- Râté enfoiré ! J'en ai encore huit au compteur !



Introduction



4 mois auparavant.


Dans ma cervelle se promène
Ainsi qu'en son appartement,
Un beau chat, fort, doux et charmant.

Elle ne ressent pas les blessures, à peine les contusions. Mais qu'est ce qui cloche chez elle ? Selina lève les yeux au ciel, scrutant la façade miroitante de l'immeuble dont elle venait d'être jetée. Tout être humain normalement constitué n'aurait pas survécu à une telle chute. Mais alors pourquoi ? Pourquoi elle ? Elle n'avait jamais été quelqu'un de bien, elle n'a jamais reçu la grâce de qui que ce soit. Alors pourquoi avoir survécu ? La jeune femme titube, observant ses bras plein de bleus. Les chats multicolores la suit en miaulant à chacun de ses pas. Cette ruelle est sombre et puante, il n'y a personne. Personne n'a rien vu. Lentement, Selina se laisse glisser le long d'un mur, couinant de douleur. Son corps se réveillait doucement, tout comme ses sensations, ses émotions.

Comment pouvait-on se sentir après avoir été jeté par la fenêtre ? Selina, elle, ne semblait pas réaliser ce qui lui arrivait. Son regard vague scrutait cette tache de sang dessinée sur le sol, elle tâta son crâne du bout des doigts. Elle saignait mais ne sentait rien. C'était un rêve, un foutu cauchemar, comment pourrait-ce être possible sinon ? Selina était de ces femmes lucides qui ne croyaient pas aux miracles et encore moins au paranormal. La jeune brune se pinça, rien. Elle ouvrit grand les yeux. Elle était bien réveillée, bien vivante. Les chats s'entâssaient autour d'elle, comme s'ils la vénérait, assis, droits comme des piquets. Elle les regarde un par un, ils l'observe dans un silence reposant.

La jeune femme réfléchit un instant, comment son assassin allait-il être inculpé ? Comment pouvait-elle se défendre ? Comment un mort peu témoigner ? Comment allaient-ils croire qu'elle ai survécu à une chute d'une dizaine d'étage? Personne n'y croirait. Personne ne voudra entendre ce qu'elle dit. Pas les juges, pas la loi, pas ses amis, ni même sa propre sœur. Comment avoir l'air sérieuse ?
Selina tenta de se relever, difficilement, les contusions la faisait souffrir, elle avait juste l'impression de s'être faite broyer vivante. C'était un peu le cas. La jeune femme avança paisiblement, l'un de ses talons de chaussure était cassé, elle boitait, le regard perdu, de l'hémoglobine sur la tempe se mêlant à ses cheveux noirs. Les chats eux, s'enfuirent de tous les côtés, disparaissant comme des fantômes.

Quand il miaule, on l'entend à peine,
Tant son timbre est tendre et discret ;
Mais que sa voix s'apaise ou gronde,
Elle est toujours riche et profonde.
C'est là son charme et son secret.

Elle tenta d'interpeller quelques personnes, son regard suppliait qu'on l'aide mais sa voix n'y faisait rien. Elle n'osait pas. Jamais elle n'avait demandé d'aide et, même si son corps piaillait, elle continua son chemin malgré les regards mauvais des passants. Sûrement la prenait-elle pour une clocharde ou une alcoolique. On se fout des femmes à Gotham, elles peuvent bien mourir sous les coups, crever sous les balles, tout le monde s'en fiche.
C'est une ville où il faut savoir survivre, pas de pitié, marche ou crève. Selina s'en rendait de plus en plus compte alors qu'elle se traînait dans le quartier. Malgré son état pitoyable, la jeune brune monta dans l'autobus.

- Je fais pas hôtel.
Siffla le conducteur en dévisageant la jeune femme. Celle-ci lui lança un regard mauvais et lui balança quelques pièces.

- Gardez vos réflexions et faites votre boulot.
Selina s'installa dans le font du véhicule, le visage entre les mains, secouée par la conduite brusque, bercée par le ronronnement du moteur. Elle commençait à s'endormir quand tout s'arrêta brusquement, elle papillonna des cils et observa la rue, elle descendit.
La pluie s'écrasait sur elle, uniquement couverte de simples vêtements, elle se crispait en sentant le gèle attaquer le bout de ses doigts. Elle ressentait autant la douleur que la peine, autant l'amertume que la défaite. Elle comptait les marches qu'elle montait jusqu'à son appartement, histoire d'être sûre d'être bien vivante, une fois devant la porte, elle patienta.

Et ta sœur ? Dois-tu lui dire ? Dois-tu te confier à elle ? Elle n'est pas là pour ça, elle est trop jeune, elle est trop innocente. Abandonne.
Selina ouvrit la porte, faisant tout pour qu'elle ne grince pas. Elle n'avait pas envie de justifier son état, sa peine à sa petite sœur qui, en avait déjà trop vu du haut de ses vingt ans. La protéger, plus que tout, telle était sa devise. La jeune femme fila dans la salle de bain et retira ses vêtements avant de les jeter à la poubelle. Les chats eux, patientaient derrière la petite fenêtre, comme des anges gardiens, comme des témoins, elle ne savait pas vraiment comment les prendre. Le sien vint enrouler sa queue pelucheuse autour de sa cheville, tandis que sa maîtresse observait ce reflet mort dans le miroir.

Des milliers de questions se bousculaient dans sa tête, avec une violence comparable à sa chute. Malgré son caractère rebelle, malgré son côté fort, Selina s'effondra sur le carrelage, pleurant. Pouvait-on réellement tuer quelqu'un parce qu'il en savait trop ? Pouvait-on réellement être tué pour vouloir faire Justice ? Elle n'avait jamais été quelqu'un de clean et pourtant, c'est pour l'une des seules fois où elle tenta de faire le bien qu'elle y laissa la vie.
Puis elle pensa à tout ce qui lui tenait à cœur, pourquoi ne pas prendre ça pour une chance ? Pourquoi ne pas prendre ça pour une nouvelle vie ? Ainsi pouvait-elle vraiment marcher sur un fil trop fin pour ses petits pieds sans jamais tomber ? Pouvait-elle tout risquer sans jamais sombrer ? Selina se mit à rire, seule et le maquillage en déroute.

Je souffle dans le ciel tel un millier de vents,
Je suis l'éclat du diamant sur la neige.

Les quelques chats qui avaient élus domicile chez elle l'entourèrent, ronronnant doucement au rythme des rires de la jeune femme.

Je suis le silence du matin,
Je suis dans la course gracieuse
Des magnifiques oiseaux qui volent,
Je suis l'éclat des étoiles dans la nuit.


Selina se redressa, difficilement, s'aidant du rebord du lavabo, essuya avec le revers de sa main son maquillage mêlé à ses cheveux bruns et, se questionna :

- Et maintenant Selina, que vas-tu devenir ?


Aujourd'hui, une chambre luxueuse.


- J'espère que vous avez bien compris ce que vous devez faire, Miss Hoofler.

Il sait ce qu'il veut, c'est mignon. Selina s'étira nonchalamment sur le grand lit duveteux. Vêtue d'une longue robe verte qui faisait ressortir son regard émeraude, la jeune femme jouait avec une centaine de billet, elle les caressait avec passion, comme si on venait de lui offrir un diamant énorme. L'homme avec qui elle parlait affaire les lui reprit, Selina répondit par une mise boudeuse. Ce soir, la femme-chat agissait sous un faux nom, Melody Hoofler. Son but ? Arnaquer ce bon vieux George O'Flynn qui l'avait conviée dans une chambre de luxe de Blüdhaven. George O'Flynn est un riche héritier qui semble être connu pour faire quelques magouilles avec la mafia, mais avec quelques billets, il est si facile de faire taire la Justice … Selina le suivait depuis plusieurs mois, elle avait créer Miss Hoofler, une escort-girl de luxe pour gros porte-monnaie. Elle était maquillée non sans retenue, provocante. Se cachait sous une perruque rousse. O'Flynn fantasmait sur les rousses élancées, ses beuveries entre riches remplies de strip-teaseuses d'Irlande en témoignaient. Ce que désirait l'héritier était une jeu d'enfant pour Selina, il lui suffisait de faire la pimbêche abrutie à une soirée huppée, se taire et vénérer son compagnon et si monsieur était encore lucide vers minuit, coucher avec. Biensûr, Selina ne l'entendait pas comme cela, elle savait qu'en un temps chrono elle serait avec la liasse de billets entre les mains sans avoir bouger le petit doigt.

Elle plongea son regard dans celui de son interlocuteur, les lèvres entre-ouvertes, semblant offusquée.
- J'ai tout compris, Monsieur. Après tout, c'est mon métier.

Cette voix, qui perle et qui filtre
Dans mon fonds le plus ténébreux,
Me remplit comme un vers nombreux
Et me réjouit comme un philtre.

Quelle erreur fatale fit il de se retourner, sûrement beaucoup trop persuadé de ce qu'il comptait gagner ce soir. A pas de loup, la femme-chat se faufila derrière lui et, dégaina son fouet de l'intérieur de sa robe. Le 'oh' outré du boudiné ne calma pas la furie qui le saucissonna avec son fouet en deux en trois mouvements.

- Que, que faites-vous ?
Selina fouille sa victime, n'hésitant pas à lui enlever ses vêtements.
- Je vous vole votre argent George chéri.
Elle ricane et se pavane, une carte bleue entre les doigts. Elle attrape les liasses promises et les glissent dans son décolleté, porte-monnaie, cartes en tout genre tout était bon pour Selina.

- Je vais te foutre en taule espèce de salope !
- Et comment veux-tu faire ça ? Tu ne connais ni mon nom, ni mon prénom, tu ne sais même pas à quoi je ressemble réellement. Je suis une professionnelle, chérie.


Elle endort les plus cruels maux
Et contient toutes les extases ;
Pour dire les plus longues phrases,
Elle n'a pas besoin de mots.


Les yeux globuleux du riche héritier se perdaient sur les longues jambes de la voleuse, naturellement, cette dernière ouvrit la fenêtre et, d'un geste lascif se déposa sur le rebord, à sept étages du sol.

- Et comment comptez-vous sortir d'ici, vous êtes fait comme un rat, pétasse !
- Appelle-moi Catwoman, minou.

Elle se jeta par la fenêtre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Pelucheux à souhait ! Selina Kyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le chat et la chauve-souris (Sélina Kyle)
» Miaou (Sélina Kyle) (RP hot)
» /Vilain/ Catwoman
» Selina Kyle ► Catwoman
» Hide & Seek {Kyle}
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC : Heroes' Legacy :: Accueil :: Fiches de Personnages :: Présentations validées-