AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Nyssa Raatko - "Heir to the Demon"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'Entité
Fondateur - PNJ
avatar
Fondateur - PNJ
Afficher infos
Messages : 82
Points rp : 93
Date d'inscription : 30/06/2016

MessageSujet: Nyssa Raatko - "Heir to the Demon"   Jeu 27 Avr - 19:33


Présentation


//
Nom :Raatko
Prénom :Nyssa
Pseudonyme :"Nyssa Al Ghul"
Date de naissance :10/05/1785, cependant elle paraît avoir 30 ans grâce au puits de Lazare
Sexe :
Taille :1.75m
Poids :66Kg
Source:Wiki Arrow France



Description




Loin d'être la plus belle femme au monde, Nyssa est une jeune femme qui possède tout de même physique plutôt avantageux grâce aux traits de son visage qui sont assez raffinés. Dû au métissage de ses origines, elle peut se permettre de ne pas utiliser des tonnes de maquillages, juste un trait de crayon lorsqu'elle s'en sent d'humeur. Fille d'une Russe, elle possède de grands yeux bleu foncé même s'ils peuvent parfois paraître marron sous certains éclairages, ce dont elle s'afflige parfois, trop fière de ses origines maternelles. Nyssa possède un fin nez et une petite bouche délicate qui contribuent à son charme ravageur. De taille normale pour son âge, elle a un corps mince et très athlétique dû à ses nombreux entraînements pour entrer dans la Ligue des Ombres. Corps qu'elle entretient parfaitement au cours des nombreuses missions d'assassinat dont elle a la charge. Nyssa possède de longs cheveux brun-noir ondulés plutôt long et qui lui arrivent jusqu'à la poitrine, cheveux dont elle est très soigneuse. Elle ne se les attachent que rarement ce qui ne la dérange absolument pas lors de ses activités morbides. Sa poitrine quant à elle n'est pas très «développée» ce qui ne l’empêche en rien de se trouver des partenaires tous aussi différents les uns des autres.
Comme on peut le voir, ses couleurs favorites sont le rouge et le noir, couleurs dont elle se pare constamment lors de ses escapades. Malgré la haine qu'elle entretient envers son père, elle peut toutefois le remercier pour tout ce qu'elle à appris lorsqu'elle le recherchait activement, enivré par les récits dont sa mère lui faisait part et prête à tout pour rencontrer son géniteur.
A cause son lourd passé, Nyssa s'est refermé sur elle-même et à finir par devenir en quelque sorte insensible à ce que les autres peuvent ressentir, aussi bien peur que douleur. C'est pourquoi elle s'est découvert un certain talent pour la torture. On pourrait tout à fait la qualifier de femme sans pitié, violente et agressive.
Sa nature de dirigeante et de leader lui a permis de devenir très têtue, atout non négligeable lorsqu'on gagne sa vie en assassinant de sang-froid. Prête à tout pour arriver à ses fins, on l'a défini facilement comme quelqu'un de persévérante et d'impliqué dans son travail. Après tout, lorsqu'elle se lance dans une mission, rien ne pourrait la détourner de son chemin.
Ce n'est pas parce que c'est une fille brutale qu'on peut la croire totalement abrutie, en effet, loin d'être la plus stupide Nyssa est une femme brillante et très curieuse, ce qui lui a permis dans une autre vie de devenir une alchimiste de brio. Très fougueuse, l'assassine peut faire preuve d'un grand courage et d'un esprit motivé, même lorsqu'au cours d'une de ses missions elle est amenée à faire quelque chose de désagréable tel qu'assassiner une personne dont elle est admirative. Quoi qu'il en soit il faut bien gagner sa vie c'est pourquoi elle ne rechigne jamais face à un défi qui peut paraître difficile.


Histoire




Bercé d'histoires sur mon père depuis ma plus tendre enfance, j'entrepris à l'âge adulte de retrouver celui dont beaucoup de gens parlaient si souvent tout bas. C'est à l'âge de 23 ans et avec un travail acharné, que je parviens à le trouver. Fier de moi, il m'offrit une place de choix parmi les siens et c'est ainsi que je rencontrais ma demi-sœur Talia. Au départ j'étais heureuse de les avoirs trouvés, on s'entendait plutôt bien et nos nombreuses missions nous tenait occupés. Aveugle face aux agissements de mon père, j'obéissais comme un petit soldat trop occupé à ce qu'il soit fier de moi pour remarquer qu'il préparait une chose atroce. Ce n'est que lorsque j'appris ce qu'il allait faire que je me décidais à partir.
Je m'éloignais alors de lui et continuais mon chemin en ayant préalablement trouvé comment fonctionne le puits de Lazare afin de pouvoir être indépendante de mon géniteur.

Me trouvant un petit appartement calme dans le nord de l'Angleterre, je décidais de me trouver un job décent et tentais de raccrocher avec mes instincts meurtriers. Je commençais par m'acheter des vêtements normaux et rangeais mon costume dans une grande malle sombre, puis à l'aide de mon argent mis de côté, je me permis un petit extra, je m'achetais une Kawasaki noir et rouge. J'entrepris alors de devenir assistante dans un laboratoire de rechercher sur les toxines de certaines plantes. J'y fis de nombreuses trouvailles intéressante qui, je ne le savais pas alors allait me servir plus tard. Commençant alors à avoir une routine quotidienne qui consistait à boire un café dans un petit restaurant, partir travailler jusqu'au soir en n'hésitant pas à manger sur place et rentrer à des heures variées, je ne m'attendais pas à tomber sur l'homme de ma vie.

C'était un soir d'automne et je rentrais à pied ma moto étant au garage pour une question de fuite d'huile ou je ne sais quoi. Je longeais un bâtiment et traversais le trottoir pour rejoindre le parc qui donnait sur mon appart lorsque surgissant dudit parc, un énorme chien vient à ma rencontre. Il m'était tombé dessus alors que je ne m'y attendais pas. Littéralement je veut dire. Et nous étions étalés l'un sur l'autre au beau milieu du trottoir quand son maître à bout de souffle parvint à le rattraper. Il m'aida à me relever tout en réprimandant son chien qui feintait de n'avoir rien fait.
« Je suis désolé pour Athos, il m'a échappé. Je m'appel Kane. Quoi qu'il en soit je voudrais me faire pardonner, accepteriez vous que je vous offre un verre un de ces jours ? » C'était un Irlandais à l'accent. Je sais bien que ça fais cliché mais malgré moi, je tombais sous son charme et acceptais avec joie son offre.
Nous hume une longue vie heureuse, nos deux enfants eurent à leur tour des enfants et nous ne tardâmes pas à devenir une grande famille. Alors que je pensais tous mes soucis derrière moi, mon père refit apparition au plus mauvais moment. Nous venions tout juste de rentrer dans la Seconde Guerre Mondiale et nous pensions être à l'abri du danger pour un certain temps.

Un soir de fête, nous étions tous réunis pour le dîner lorsqu'une dizaine d'assassins de la Ligue parvinrent à nous capturer et à nous emmener dans un camp de concentration. Nous séparant dès notre arrivée, je fis tout mon possible pour échapper à mes kidnappeurs, en vain. Ils avaient été surentraîné et cela faisait des années que j'avais raccrochée. Je me promis alors que toute cette histoire terminée, je me remettrais à mon entraînement, enfin si je sortais d'ici vivante.

Enfermé dans une cellule, je ne tardais pas à recevoir la visite du Démon. Il était vêtu comme un général Nazi et dans sa posture de dirigeant des armées, il c'était approché de moi tout en gardant une distance respectable. Bien au moins il n'était pas devenu idiot avec les années. Sondant mon âme de son regard froid, il m'ordonna de lui avouer comment je m'étais servis du puits de Lazare sans y être confronté directement. Je refusais immédiatement de le lui dire.
Cela se passait ainsi chaque jour, il m'affamait et reposait inlassablement la même question. Peut-être pensait-il que j'allais changer d'avis mais voyant que cela ne donnait rien, il changea radicalement de méthode.
Il me fit sortir de ma cellule sous bonne garde pour la première fois depuis des semaines et me conduisit dans un endroit lugubre où l'on pouvait apercevoir des instruments de torture visiblement usagé. Là sur un chevalet de torture, je pus revoir l'être qui avait fais chavirer mon cœur il y avait des années de cela.

Tentant de faire lâcher prise mes assaillants, je me saisis du premier objet que j'avais sous la main : une sorte de pince coupante. Je l'utilisais sur le garde à ma droite et je doute encore qu'il ait pu reparler un jour. Mon père avait alors fais taire mon ébauche de rébellion en menaçant la tête de mon mari de son revolver. Ayant repris le contrôle sur moi, ils m'avaient attaché solidement à une chaise afin que je puisse admirer le sanglant ballet qui allait s'offrir à mes yeux. Et il l'avait torturé et torturé mon merveilleux mari. Pendant des jours il avait su résister mais la mort l'emporte toujours dans ces cas-là. Faisant face à son décès, je me renfermais sur moi-même et une rage folle s'empara de mon âme. Incapable de ressentir de la tristesse, j'avais préféré la transformer sous forme de colère.

Quelques semaines plus tard il assassinait le dernier de mes petits-enfants. Ce pauvre petit Zack qui n'avait que 5 ans mourut alors qu'il avait encore une vie entière à consommer.

Je ne vivais plus que par mon esprit de vengeance continuel, il était omniprésent jour et nuit et je finis pas ne plus être vraiment en vie. J'étais à l’agonie, telle une poupée abandonnée par son propriétaire dans un coin poussiéreux.
Se désintéressant enfin de moi et me trouvant sûrement inutile, il m'offrit en « cadeau » à un de ses amis, médecin et scientifique qui ne se dérangea pas pour me faire subir des douleurs inimaginables. De par sa faute, je devins stérile et la fin commençait à se faire ressentir au plus profond de moi.

Puis un jour ou j'étais attachée dans ma cellule, un homme masqué que je ne connaissais pas vint me libérer de mes souffrances. Il me fit sortir de ce lieu de malheur sans un mot, sans même voulant savoir qui j'étais et m'avais emmené dans une petite cabane non loin d'une forêt où il m'avait remise sur pied.
Plusieurs jours c'étaient écoulés et avec un dernier regard pour s'assurer de ma santé avant de partir, il avait alors pris la parole pour la première fois « Gotham ».

Juste un mot énoncé par un inconnu. Ce mot résonnait dans mon esprit et résonne encore aujourd'hui. Un but s'offrait alors à moi : trouver qui était cet inconnu et comprendre pourquoi il m'avait sauvé de la mort. Et pour cela, je n'avais qu'un indice, le nom d'un lieu encore inconnu.




« ding »

Ce son me réjouissait d'avance, il ne signifiait qu'une chose : du travail.
Je posais avec soin mes lames que je venais de nettoyer et m'étirais avant de remettre une mèche de cheveux à sa place. Me levant d'un coup, je regardais l'heure et constatais qu'il n'était que 17 heures. Je m'approchais de mon pc et ouvrais la petite enveloppe qui clignotait gaiement. Elle m'afficha un message me donnant rendez-vous dans un bar chic de la ville pour 18 heures en me priant d'effacer ce mail après l'avoir lu.
Je m'exécutais donc en comprenant tout à fait la démarche de mon commanditaire. Après tout c'était indispensable pour moi aussi, on ne devait pas savoir que j'offrais mes services au plus offrant.

Revêtant un grand manteau qui me permit de cacher mes armes et mon costume afin de faire du repérage, je partis à moto vers l'endroit désigné.
Quelques kilomètres plus loin, je me garais dans une ruelle sombre et inspectais de loin. C'était un bar plutôt chic est assez fréquenté, quelques badauds s'y arrêtaient pour se déshydrater et d'autres visiblement habitués riaient autour d'une serveuse qui souriait par politesse.

Il n'était pas loin d'être l'heure aussi je me glissais hors de ma cachette et pénétrais sur le lieu. J'étais en avance et ne voyant personne susceptible d'être mon client, je m'installais à une table dos au mur (on n'est jamais trop prudent) avant de commander un café noir.

Peu de temps après, un homme asiatique d'une quarantaine d'année entra et regardant autour de lui, il vint s'asseoir en face de moi avant de m'annoncer que l'on attendait encore une autre personne. J’acquiesçais et sirotais une gorgée de mon breuvage.

Un second homme nous rejoint avec quelques minutes de décalage. Il nous salua de la tête et prit place sur la dernière place. Je finis ma tasse et dirigeais mon attention sur mon client.
Nous écoutâmes calmement l'histoire de l'homme qui se présenta comme étant Mr Tong, chef d'une des Triades japonaise de Gotham City et qui nous expliqua que sa femme avait été kidnappée et qu'il craignait pour sa vie. Il nous transmis l'adresse d'un entrepôt proche d'ici où Mme Tong étais susceptible d'être retenue. Il voulait que l'autre homme enquête sur le meurtre et que je les venge ensuite. En guise de gage, il nous versa à chacun une bonne somme d'argent qu'il nous promit de doubler une fois le travail effectué.

Ensuite, il nous laissa seul et d'un commun accord, je suivis l'homme à travers les rues de la ville. Il n'avait pas l'air d'être du coin lui non plus mais plutôt d'un endroit ensoleillé comme en témoignait son teint de peau. À sa tête je dirais quelque chose comme un Italien peut-être. Je ne me trompais guère car il m'apprit qu'il s'appelait Emilio Leone Auditore.
Nous arrivâmes à l'adresse indiquée par le commanditaire et entendîmes du grabuge provenant de l'intérieur puis des coups de feu et plus rien. Deux hommes sortir du bâtiment et passèrent près de nous en échangeant dans une autre langue.

Emilio se précipita derrière une poubelle et j'en fis de même. J'en profitais et me délestais de mon manteau afin d'avoir un libre accès à mes armes.

« Je pense pas que passer par la porte d'entrée soit une bonne idée » rétorqua Emilio

Il n'avait pas tort aussi je répliquais en désignant une lucarne en haut du bâtiment.

"Je crois que j'ai une meilleure idée."

Je passais devant et escaladais sans mal les quelques mètres qui me séparais de l'ouverture avant de me rendre compte que mon partenaire ne suivais pas très bien. Visiblement il n'était pas très doué celui-là. Lorsqu'il parvint en haut, il s'écrasa avec très peu de délicatesse à mes pieds et se releva en me lançant un « chuuut ».
Proche de nous il y avait un escalier qui descendait et je décidais de l'emprunter en ayant vérifié que le détective me suivait. Arrivé en bas de celui-ci, un garde surgit face à moi et je le tuais de sang froid à l'aide d'une flèche avant qu'il ne donne l'alerte. Mon partenaire n'était visiblement pas de mon avis car il s'insurgea d'un :

"Mais nan, je voulais l'interroger d'abord !"

Je le regardais en feintant l'innocent avant de répondre « désolé ».

Nous atteignîmes enfin les corps. Les corps ? En effet il y avait non pas un mais deux corps de femme asiatique. Laissant mon camarade à ses investigations, je me contentais de garder le périmètre au cas ou d'autres personnes surgissent. Il se releva enfin avant de me proposer :
"Ça te dit d'aller sur les docks ?"




Je suivis Emilio qui nous conduisit devant un entrepôt. Une fois à l'intérieur, nous nous introduisîmes dans le bureau du patron des lieux qui ne s'y attendait visiblement pas.
Le détective questionna l'homme probablement d'origine arabe et on apprit que cet homme -Asmaël- était un ancien de la triade. Ayant accumulé des dettes, il avait essayé de faire couler la multinationale de Mr Tong. Ce plan échouant, il kidnappa Mme Tong, envoya une lettre de menaces et n'obtenant pas de réponse qui lui convenait, il fit assassiner la femme.

Pendant qu'il nous avouait son crime, il avait faits appeler ses hommes qui débarquèrent à la fin de sa tirade.
Voyant que mon partenaire n'était pas armé, je lui lançais une de mes épées et tuais deux de nos assaillants avec des flèches bien placées puis je me servis de mon arc pour faire tomber le garde le plus proche avant de l'achever lui aussi à l'aide d'une flèche.

Je me séparais de mon arc à contre cœur et tentais d'esquiver lorsqu'un des gros bras surgit derrière moi, il eut juste le temps de me frapper les côtes avec sa barre en métal avant que je ne puisse m'éloigner. Je sifflais de douleur et l'achevais avec ma seconde lame.

C'était le dernier à vouloir s'attaquer à moi et je me retournais alors vers Emilio qui n'était visiblement pas à l'aise avec une épée. Il parvenait avec beaucoup de mal à contrer son adversaire. Je m'approchais d'eux et plantais ma lame dans le corps du dernier survivant. Ce n'était pas le dernier en réalité, je vis Asmaël tenter de prendre la fuite. Je récupérais alors mon arc et visais son torse avant de décocher un flèche mortelle droite dans le cœur.


...



Nous retournâmes au bar où Mr Tong nous attendais et après un bref débriefing de mon compatriote, il nous versa le reste de nos payements respectifs avant de nous laisser.

Je me séparais alors d'Emilio tout en promettant de garder le contact si besoin.
Récupérant ma moto, je me rentrais chez moi et m'affalais sur le petit canapé de mon studio. Je nettoyais encore mes armes et les rangeaient précautionneusement avant de vérifier l'état de mes côtes en retirant la tunique de mon costume. J'aurais sûrement un bleu mais ça allait pour cette fois.

Contente de moi, je me rendis compte que j'avais obtenu deux choses en revenant de cette journée : un vilain coup sur les côtes et la satisfaction d'avoir accompli ma mission. Une journée plus que banale pour une assassine vivant à Gotham quoi.



Capacités




Très habille de ses mains, Nyssa excelle dans le maniement de l'arc et de nombreuses autres armes telles que ses deux épées ou encore des dagues. C'est une experte accomplie en arts martiaux et étant une brillante alchimiste, elle n'hésite pas à se servir de poison plus dangereux les uns que les autres. De plus, elle possède une condition physique quasi-surhumaine dû aux entraînements sans relâche qu'elle pratique constamment.
Enfin, même si on ne le devine pas immédiatement, Nyssa vient d'une autre époque, seul le puits de Lazare lui a permis de rester en vie aussi longtemps et d'accroître son espérance de vie tout en conservant bien évidemment sa jeunesse et en guérissant le plus gros des blessures qu'elle a pu se faire.



Introduction




Je tournais à droite tout en veillant à ce que la fourgonnette de police blindée que je suivais se dirigeait bien vers l'asile d'Arkham.

Dès mon arrivée dans cette ville je m'étais rendu compte que tous les gens quelque peu sensés évitaient cet endroit, pourtant cela ne m'arrêtais en rien, il fallait que je parvienne à terminer mon contrat.


Au loin on pouvait apercevoir Arkham City, un endroit de malheur et de désespoir à ce qu'il paraît. Cet endroit ne me faisait pas peur, si jamais un contrat m'y ammenait soyez sûr que quoiqu'il arrive je le terminerais dans les temps. Après tout, ce n'est pas le seul lieu dangereux que j'ai pu connaître.

Arrêté à un feu, je décidais de continuer le chemin à pied et garais donc ma moto derrière un buisson. Je récupérais mon arc avant de partir discrètement à la suite des passagers de la voiture.

Ils venaient de descendre et avec eux, un faux détenu qui ferait diversion en temps voulu. Un homme les avait accueilli avant de les faire rentrer. Bien le cheval de Troie était en place.

Patientant tant bien que mal à l'extérieur, j'attendais que mes partenaires fassent diversion lorsque des alarmes retentirent. Les gardes couraient partout à la recherche d'un « mystérieux évadé » et je voyais alors ma chance d'agir.
Me souriant à moi-même, je me relevais de ma cachette et contournais l'immense bâtiment avant de m’élancer dans l'escalade de la façade la moins surveillée. C'était assez ironique, en général les personnes détenues à l'intérieur cherchaient à sortir de ce lieu non pas à y entrer.

Je venais d'arriver sur le toit et deux gardes plus que surpris se mirent en tête de m’empêcher de partir. Ils braquèrent leurs armes sur moi et avant qu'ils ne puissent comprendre ce qu'il se passe, je les assommait avec des flèches paralysantes.

Récupérant les clés sur un des gardes, je pénétrais sur les lieux.
Mon client devait se trouver dans l'aile ouest du bâtiment aussi je me dirigeais dans cette direction. Au passage, je ne me retins pas d'endormir quelques gardes trop curieux qui passaient par là.

Arrivant enfin devant la cellule convoitée, j'ouvris la porte et me glissais à l'intérieur.
Un homme était recroquevillé sur le lit qui me fis fasse. Il se releva en m'entendant entrer et au vu de mon costume, il comprit sûrement que je venais le sortir d'ici car il me fit signe qu'il était prêt à partir.

Faisant le chemin inverse, nous parvînmes sans bien que mal à retrouver l'air frais de l'extérieur. La diversion ayant mieux marché que prévu, j'escortais l'évadé vers ma moto puis le ramenait vers le point d'échange. On me paya la part qu'on me devais et je rentrais vers ma « base » avec quelques détours au cas où on cherchait à me suivre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Nyssa Raatko - "Heir to the Demon"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le trone du seigneur demon!
» Le Demon Du Rire
» Plein de demon du chaos a vendre
» Golden Demon: Games Day
» Projet Golden Demon Allemand
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC : Heroes' Legacy :: Accueil :: Fiches de Personnages :: Présentations validées-