AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 I R I S ❧ « l’omission est un indice »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Iris West
Citoyenne
avatar
Citoyenne
Afficher infos
Messages : 13
Points rp : 9
Date d'inscription : 10/12/2016
Age : 20
Autres informations : www - Barry

MessageSujet: I R I S ❧ « l’omission est un indice »   Lun 26 Déc - 21:01

• IRIS WEST •

« La curiosité n'est un vilain défaut que pour ceux qui ne travaillent pas chez CCPN »


❧ Document d'identité ☙

     ✕ Nom : West.
     ✕ Prénom(s) : Iris.
     ✕ Alias : Iris West.

     ✕ Âge :  26ans.
     ✕ Date de naissance :  13 Juin 1976.
     ✕ Lieu de naissance : Central City.
     ✕ Nationalité : Américaine.

     ✕ Taille : 1m68.
     ✕ Poids: 59kg.

     ✕ Situation : Célibataire.
     ✕ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.

     ✕ Métier : Journaliste.
     ✕ Alignement : Neutre.
     ✕ Groupe souhaité : Citoyen

     ✕ Avatar : Iris West - DC Comics ; Vava du forum.
     

❧ Description ☙


Ses longs cheveux châtains attaché en un chignon improvisé à l'aide d'un crayon qui traînait par là sur son bureau, ses yeux parcourent l'écran, les images de scènes de crimes assombrissant le bleu de ses yeux. Encore un tueur en série sévissant à travers le pays et qui avait fait escale à Central City ces deux dernières semaines laissant à présent deux victimes à la charge des policiers et un scoop urgent à délivrer sur les bras d'Iris. Deux longues semaines à écrire encore et encore que les policiers n'avaient pas la moindre idée du coupable, deux longues semaines à les harceler pour une info qu'ils auraient refusé de donner plus tôt au cas où.

Ça se passe toujours ainsi lorsqu'il s'agit d'un tueur en série, la police refuse de délivrer la moindre information qui serait susceptible de coincer le coupable, les gens attendent une réponse, une personne à blâmer pour ces crimes horribles et les articles sans réponse se raccourcissent jour après jour. Pourtant Iris ne se décourage pas, elle n'a pas choisi ce métier pour sa facilité, bien sûr que non. Il se passe des choses dans cette ville, des choses que peu pourrait croire, mais elle elle y croit et elle souhaite prouver au monde que tout cela existe réellement. C'était sa motivation autrefois, celle qui l'avait amené à choisir cette voie, aujourd'hui elle souhaite découvrir la vérité sur ces êtres exceptionnels. Sont-ils vraiment tous bons ? Ou mauvais ? Comme l'affirme certains journaux.

De nature positive, elle veut croire en la bonté de ces héros qui sauvent la population anonymement, ne recherchant ni gloire ni remerciement.

Appuyant de ses longs doigts vernis une dernière fois sur les touches de son clavier, un soupir passe ses lèvres alors qu'elle s'enfonce dans son siège de bureau. Article terminé, plus qu'à l'amener au patron pour obtenir son approbation. Il lui dira surement pour la énième fois que l'article est vide, que les informations importantes manquent cruellement à ce texte ne montrant que la tristesse d'une ville voyant ses membres mourir, mais les informations lui manquent aussi. Elle n'a rien de plus à donner pour le moment. Il lui rappellera surement qu'il l'a connu plus tenace, plus persévérante lorsqu'il s'agissait d'obtenir des informations avant les autres journalistes, malheureusement ce cas-là est différent.

Avec The Flash et d'autres héros dans les parages, un criminel sévissant aussi longtemps reste un cas extrêmement rare, un cas où les policiers doivent tout tenter pour arrêter le criminel. Un cas où sa persévérance n'est rien face à l'inquiétude de la police concernant l'avancée de l'enquête et de la peur des citoyens. Elle se lève, retirant le crayon de ses cheveux pour les laisser couler dans son dos et elle fixe la porte du bureau. Elle devra bien y aller un jour ou l'autre. Un dernier geste de la main à son collègue de la page BD qui rougit à chaque fois que leurs regards se croisent et qui la soutient du regard.

Iris sait qu'elle ne le laisse pas indifférent, ce n'est pas le premier, elle a appris à remarquer les signes. Elle sait aussi être une femme plutôt attirante pour la gente masculine, mais elle n'est pas une de ces femmes qui recherchent l'attention des hommes. L'amour n'est pas une chose dont elle a besoin et qu'elle recherche ardemment comme d'autres femmes de son âge. Iris est indépendante, elle finira par trouver l'amour, elle en est certaine, mais en attendant l'homme qui saura la combler, le célibat lui convient aussi bien que sa vie en tant que journaliste.

Elle s'avance, dos droit, article imprimé entre les mains, regard sur et sans la moindre lueur de doute. Elle a écrit cet article, elle le défendra et le corrigera si nécessaire, parce que c'est son travail.

Elle toque à la porte. Une voix s'élève. Elle entre.

« Monsieur, j'ai terminé mon article. »


❧ Capacités ☙


Si vous lui demandez, Iris vous répondra que pour elle, elle n'a rien de spéciale, rien d'extraordinaire. Après tout, face à ce qu'il se trame dans ce monde, même un homme qui aurait auparavant été admirable semble aujourd'hui fade face aux héros qui traversent les rues pour sauver le plus banal des êtres humains. Elle en a conscience et pourtant elle se trompe. Elle qui arrive à écrire l'histoire simple mais émouvante des héros de tous les jours, de ces hommes sans pouvoirs qui sauvent des vies, viennent en aide à leurs voisins seulement parce qu'ils en ressentent le besoin. Elle ne se compte pas parmi eux. Pourtant, Iris a des talents qu'elle ne soupçonnerait même pas.

Curieuse et obstiné, son travail est une chose qui lui tient vraiment à cœur et elle n'est pas de celle qui se laisserait impressionnée ou payée pour ignorer un scoop. Iris est une de ces journalistes qui découvrent ce que beaucoup essayent de savoir par sa gentillesse, son acharnement et sa façon de transformer une question en une simple remarque sans arrière pensée. Certain la pense idiote au premier regard, elle en joue donc pour obtenir ce qu'elle désire sans que la personne qu'elle interroge ne s'en doute. Il y a aussi cet instinct qui la guide, qui lui permet de voir le mensonge derrière les mots de quelqu'un. Oui, Iris détecte les mensonges, pas aussi bien qu'un détecteur, mais elle a appris à comprendre les réactions des gens qu'elle interroge.

Humaine, elle ne s'attache pourtant pas à ce statut comme s'il lui imposait d'être faible et d'attendre que les héros fassent tout le travail. Elle est courageuse ou du moins assez imprudente pour se mettre en danger pour d'autres. Si elle peut obtenir le nom d'un criminel recherché en se mettant en danger pour espérer que la police ou bien un des héros l'arrête, elle le fera sans hésiter. Iris aime les héros, elle voit leur arriver comme un signe que l'humanité peut changer, que les hommes peuvent tenter de changer les choses, avec ou sans pouvoir alors elle suit sa propre envie de voir le monde s'améliorer et même si elle est seule, elle se lèvera face aux dangers si cela peut donner l'exemple.

Et puis son caractère ne lui dictera jamais de jouer les princesses sans défense. Iris reste une femme forte et aux répondants des plus mordants si jamais on vient à s'en prendre à elle ou à ses proches.


❧ Histoire ☙


La vie est dure, la vie vous met des bâtons dans les roues en espérant vous faire tomber et vous voir souffrir. Pour certain c'est vrai, pour Iris, on peut dire que son optimiste n'est pas dû qu'à son boulot bien payé et les héros qui parcourent la ville. Iris a eu une vie simple, celle d'une enfant heureuse et curieuse de tout. Cette enfant qui ne cessait de répéter "Pourquoi ?" à des parents patients qui pourtant aurait souhaité l'entendre se taire parfois. Cette enfant qui un soir de Noël avait enquêté sur l'identité secrète du Père Noël.

"Papa, je sais que c'est toi."

Son père l'avait regardé avec une expression innocente sur le visage, une expression qui n'était rien d'autre qu'un mensonge et du haut de ses 8 ans elle l'avait déjà compris. Elle connaissait son père, assez bien pour savoir qu'à cet instant ses yeux ne reflétaient pas la vérité. Une moue boudeuse sur le visage, elle tenait entre ses doigts la preuve du méfait, le ticket de caisse de son cadeau de Noël que ses parents avaient tenté de dissimuler au fond de la poubelle. Comme si cela suffisait à la stopper. Il ne savait donc pas qu'elle était têtue et aussi tenace que son grand-père lorsqu'il veut SA place en bout de table.

"Le Père Noël ne ferait pas ses courses au supermarché à côté de ton travail. Il a des elfes et des rennes pour tout ça."

L'adulte se gratta l'arrière du crâne avant d'attraper le morceau de papier entre ses doigts. Sa femme les rejoignit bien vite dans le salon en entendant la télé se couper. Elle les regarda, son mari assit sur le canapé mal à l'aise et sa fille, deux couettes sur la tête et une jolie robe rouge au couleur de Noël. Elle avait cet air, celui qu'elle portait quand elle était sûre d'elle et elle savait que ça n’annonçait rien de bon pour eux.

"Qu'est-ce qu'il se passe ici ?
- Chérie, je crois qu'elle a tout découvert ...
- Oh ...
- Vous m'avez menti ! Le Père Noël n'existe pas."

Moue boudeuse face au sourire attendrie d'une mère aimante et heureuse de voir à quel point sa petite fille est perspicace.

"Je pense que tu es assez âgée pour le savoir maintenant Iris. Non, il n'existe pas, mais je vois que tu as résolu ta première enquête. Est-ce que tu penses que tu mérites ton cadeau en avance ?"

Les yeux bleus de la jeune fille s'illuminèrent d'une joie intense. Bien sûr qu'elle voulait son cadeau. Sa mère avait le don de trouver les mots pour se sortir des situations dangereuses comme celles-ci en ayant recourt au changement de discussion le plus efficace. Son père quand à lui, pris de court par l'intelligence de sa propre fille, n'avait rien su dire, se contentant d'aller chercher le paquet tant attendu par la jeune fille. Une fois qu'elle l'aurait, cette histoire de mensonges ne serait qu'un lointain souvenir. Il l'espérait.

"Et voilà pour toi ma belle."

Il déposa alors sur la tête de sa fille, une fausse casquette de policier, ainsi qu'un faux badge entre ses mains.

"Tu auras le reste demain matin, maintenant au lit."

Sa mère lui fit son plus beau sourire avant de se diriger vers le couloir menant à sa chambre tout en entraînant sa fille qui commençait déjà à jouer les inspectrices prête à arrêter la lampe au coin de la pièce pour vol à l'étalage. La petite attrapa la main de sa mère en ne détachant pas ses yeux de son badge.

"Et je n'ai pas oublié que vous m'avez menti."

Un rire nerveux sorti des lèvres de son père alors que sa mère riait face à la nouvelle moue boudeuse qui venait de s'afficher sur le visage de sa fille. Une moue qui disparut bien vite lorsqu'elle posa sa main sur sa casquette. Elle ne leur en voudrait pas bien longtemps, après tout, ils le savaient, son rêve était de devenir policière.

Un rêve d'enfant. Un rêve oublié. Elle avait bien grandit la jeune Iris, la jeune fille qui acceptait de porter toutes les robes que sa mère lui achetait. La jeune fille qui voulait sauver le monde était devenue plus calme, plus posée, même si son envie de faire un métier qui change les choses était toujours présente. Peut-être n'était-ce que sa répulsion pour la violence et les armes qui l'avait poussé à se tourner vers le journalisme.

Arpentant les couloirs de l'université, elle accélérait le pas. Elle était en retard pour son cours d'histoire du journalisme et son prof était réglé comme un coucou suisse : incapable de supporter un retard. Apercevant son casier, ses mâchoires se crispent, ses doigts se resserrent autour du cahier qu'elle tient entre ses bras. Il fallait que ça arrive aujourd'hui et surtout maintenant qu'elle était en retard. Soupirant et prenant le temps de reprendre son calme, elle s'avance naturellement vers son casier, faisant comprendre du regard à la personne se tenant devant de se pousser pour qu'elle puisse y ranger ses affaires et attraper celles dont elle avait cruellement besoin.

"Qu'est-ce que tu fais ici ?
- J'ai reçu ton message. C'est quoi ces conneries ?"

Et voilà. Elle allait vraiment être en retard maintenant.

"Je n'ai pas le temps maintenant Tommy, je suis en retard."

Elle tenta d'ouvrir son casier que l'homme referma d'un grand coup, faisant résonner le bruit de métal dans tout le couloir. Iris resta calme, reculant d'un pas avant de le regarder avec méfiance. Il devenait violent et elle n'avait plus assez confiance en lui pour rester aussi près.

"Pourquoi est-ce que tu me quittes comme ça ?"

Un nouveau soupire et un nouveau pas en arrière alors qu'il cherche à attraper sa main dans un ultime effort pour essayer de la reconquérir. Il est trop tard, elle sait à présent. Elle sait tout.

"À cause de Lisa."

Il blanchit. Sa main s'arrête en chemin et il se fige. Si elle avait encore des doutes sur sa culpabilité, ils venaient tout simplement de s'envoler.

"Ce n'est pas ce que tu crois ... Qui t'a raconté ça ?"

Elle le pousse afin de récupérer les affaires nécessaires pour son après-midi avant de claquer à son tour la porte de son casier. Il continue de mentir et c'est ce qui l'énerve le plus. Même alors que la vérité a éclaté, même alors qu'elle peut lire le mensonge dans ses yeux, il continue, semblant vouloir la berner une fois de plus, semblant la prendre pour une fille assez bête pour le croire alors que tout indique qu'il est coupable. Elle a été assez stupide pour se faire avoir par ses sourires et son semblant de gentillesse, elle ne l'est pas assez pour se faire avoir une deuxième fois par la même personne. Elle sait qu'il ment, que tout n'était qu'une illusion. Pourtant, elle était tombé amoureuse et elle était tombé de haut en apprenant ça.

"Ne me ment pas plus, si tu veux te racheter, rentre chez toi et n'essaye plus de me contacter. Je passerais à autre chose, comme tu l'as fait."

Elle voulait être cruelle, blessante, après ce qu'il venait de faire. Elle souffrait et elle voulait se venger. Elle n'avait jamais autant souhaité le malheur de quelqu'un et elle se dégouttait d'être aussi mesquine, mais après tout, personne n'est parfait, certainement pas lui, contrairement à ce qu'elle aurait aimé croire et certainement pas elle. Elle reprenait son chemin, espérant que le professeur accepterait de l'avoir dans son cours même après ces 5 minutes de retard. L'amour ce n'était pas utile à cette étape de sa vie. Elle n'avait pas le temps pour ça. Pas maintenant. Le grand amour viendrait quand il viendrait. Elle le savait. Après tout, elle a toujours été une grande optimiste.

Stylo entre les lèvres, Iris parcoure pour la troisième fois la liste des employés de l'entreprise. C'est son premier jour et elle ne voudrait pas faire d'erreur concernant l'identité de ses collègues les plus proches. Elle a déjà fait la connaissance de son voisin de bureau. Un homme plus âgé qu'elle et qui a bien gentiment décidé de la prendre sous son aile. Cela la changeait des supérieurs refusant de la laisser voler de ses propres ailes et ne la laissant que trier la paperasse et relire les articles à la recherche de la petite faute qui décrédibiliserait intégralement le contenu. Aujourd'hui c'était différent. Aujourd'hui elle n'était plus cette petite stagiaire à qui on ne pouvait pas confier de responsabilité. Aujourd'hui était son premier jour à la CCPN.

"La nouvelle, tu viens avec moi. Un accident vient d'avoir lieu au centre ville."

Elle relève les yeux vers l'homme face à elle et il lui faut un instant pour comprendre, un instant pour se relever sans la moindre hésitation. Reposant le stylo qu'elle n'avait pas cessé de mordiller depuis son arrivé sous le stress de ce premier jour et enfilant son manteau afin de suivre son collègue. Elle ne fait pas la moindre remarque sur la conduite brusque de l'homme, pas même alors qu'il grille un feu afin d'arriver plus vite que la concurrence, après tout dans ce métier, premier arrivée, exclusivité. Elle le suit alors calmement, observant les lieux de l'accident où s'affèrent encore les blessés, elle détourne le regard en voyant les ambulanciers soigner une femme en sang.

"Qu'est-ce que nous avons là, monsieur l'officier ?"

Iris écoute, retient, chaque question, la façon de faire de son collègue ainsi que le visage du policier qui leur font face. S'il accepte de parler à un journaliste, elle peut espérer qu'un jour il acceptera de lui parler à elle aussi.

"Un simple accident de la route, cette femme était au téléphone et a grillé le stop. Et toi tu es qui ?
- Iris West, journaliste chez CCPN."

C'était simple. Pourtant le coeur de la jeune femme se gonflait d'excitation à chaque mot qu'elle écrivait sur sa feuille afin de prendre en note les événements. Aujourd'hui elle pouvait le dire haut et fort, aujourd'hui on ne pouvait que la croire, aujourd'hui elle était journaliste chez CCPN.


❧ Introduction ☙

"Merci beaucoup pour votre aide."

Elle le remercie avec un sourire avant de se retourner. Quelle aide ? Il n'a rien dit. Se justifiant par des "Je n'ai pas le droit d'en parler.". Elle aurait souhaité obtenir bien plus de la part de l'agent, mais il avait tout simplement refusé de dire quoi que ce soit sur la personne ayant cambriolé une dizaine de maison dans le quartier. Ce voleur restait libre malgré son champ d'action limité. Iris en était sûr, il ne pouvait pas être un simple humain s'il arrivait aussi simplement à échapper à la police. Elle préférait continuer à croire que les services de l'ordre étaient encore capables d'agir sans les super-héros, même si ceux-ci leur faciliter grandement la tâche en général.

Un soupire passe ses lèvres, c'était le dernier policier présent et bien qu'il ne s'agisse ici pas d'un meurtre, ils ne semblent pas vouloir donner la moindre information à la presse. Préfère-t-il éviter la panique ou simplement la mauvaise réputation de la presse est devenue bien trop grande dans cette ville où derrière chaque article concernant des crimes il n'y a plus que des ragots concernant les héros. Les journaux se battent, certains cherchant à critiquer les héros en montrant au monde que s'ils le décidaient, ils pourraient nous détruire sans le moindre mal, car après tout ils sont bien plus puissants que de simples humains. D'autres cherchant à les défendre en montrant leurs actes héroïques en notifiant leur courage à toutes épreuves.

Iris se placerait du côté des défenseurs des surhumains, mais cette guerre la désole, après tout, les nouvelles ne sont pas là pour les héros, pour les rédacteurs en chef ou pour que les journalistes admirent leur travail, les articles sont là pour la population qui s'inquiète ou qui veut seulement s'informer. Même si à présent les héros ont été plus qu'accepté dans la population, il reste une part de celle-ci qui préférerait ne pas voir d'hommes volants par la fenêtre ou de bolides humains traverser les rues. Il est vrai que les personnes normales se sentent si banales à côté, si faibles et vulnérables face aux dangers que tout ce changement a apporté.

Pourtant, Iris reste confiante, fille optimiste, elle se contente de se dire que puisque les héros dédit leur vie au bien, ils ne chercheront jamais à faire le mal et que le nombre de héros sera toujours plus important que celui des criminels. Elle est peut-être naïve, mais à quoi bon croire que le monde court à sa perte ? Elle préfère ne pas abandonner l'humanité, continuer à donner les mauvaises et les bonnes nouvelles de Central City à la population pour que celle-ci se fasse sa propre opinion sur l'avenir du monde. Elle sourit. Se retournant, elle quitte la scène de crimes plus déterminée que jamais. Le silence des policiers ne l'a jamais découragé, elle obtiendra ses informations autrement.

Ses talons claque sur le bitume alors qu'elle se dirige vers sa voiture, ses yeux croisant ceux bleu ciel d'un garçon qu'elle connait bien à présent. Barry Allen, l'analyste de la police à qui elle n'a encore jamais adressé la parole. Elle lui fait alors un léger signe de la tête comme pour lui souhaiter une bonne journée sans pour autant prononcer le moindre mot avant de se glisser dans son véhicule. Elle a encore beaucoup à faire aujourd'hui.


❧ De l'autre côté du miroir ☙


    ✕ Pseudo : Nyx.
    ✕ Fréquence de connexion : Je dirais 5/7 quand même des fois je sors de chez moi, je découvre le monde et je chasse les pokémons quoi, comme toute personne normale :c
    ✕ Comment nous as-tu connu : La faute à Lex, il m'a charmé avec son crâne :$

    ✕ Âge :  21ans.
    ✕ As-tu des suggestions, des remarques  :  Un Samedi nudiste et cocktail avec petit parasol coloré. Je trouve ça pas mal. Ca ressert les liens et tout :c




Dernière édition par Iris West le Dim 29 Jan - 13:36, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lex Luthor
Administrateur M. Propre
avatar
Administrateur M. Propre
Afficher infos
Messages : 429
Points rp : 17
Date d'inscription : 12/08/2016
Autres informations : Lex discourt en gold


MessageSujet: Re: I R I S ❧ « l’omission est un indice »   Lun 26 Déc - 21:08
BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE

Je te préférais sous ton ancien nom /crève/
T'AS PRESQUE RIEN ECRIT, BHE PUNAISE, J'ADORE DEJA XDDD CETTE PHRASE SOUS LE NOM, JE DECEDE

(Et on discutera sur ta suggestion, que nous trouvons fort intéressante)





N'hésitez pas à nous contacter au moindre problème, même -et surtout- s'il vient de nous !
"Considère celui qui te fait voir tes défauts comme s'il te montrait un trésor."
Bouddha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris West
Citoyenne
avatar
Citoyenne
Afficher infos
Messages : 13
Points rp : 9
Date d'inscription : 10/12/2016
Age : 20
Autres informations : www - Barry

MessageSujet: Re: I R I S ❧ « l’omission est un indice »   Dim 29 Jan - 13:35
Et bien merci Lex B) -oui je dis merci que maintenant et je te prout
SINON JE VOULAIS VOUS DIRE QUE J'AI FINI MA FICHE -oui enfin B)-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Barry Allen
Administrateur accéléré
avatar
Administrateur accéléré
Afficher infos
Messages : 233
Points rp : 59
Date d'inscription : 25/08/2016

MessageSujet: Re: I R I S ❧ « l’omission est un indice »   Dim 29 Jan - 13:58
IRIS MA CHEWIE TA FICHE EST MAGNIFAAAAAAAAAÏQUE ! (un peu comme toi fufufu <3 )

Bon voilà, ça c'était pour la partie gros lourd. Plus sérieusement, j'aime beaucoup ta fiche, et ta vision du personnage qui est on ne peut plus juste ! Son côté "petite fouineuse" est parfaitement retranscrit tout en gardant son côté sympathique.

Tu seras mignonne d'envoyer cette fiche aux scénaristes de la série Flash ('te suffit d'écrire à la CW) histoire qu'ils voient un peu ce que c'est qu'une VRAIE Iris West '^'

Te reste l'avis du chauve avant de pouvoir te lancer Wink

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lex Luthor
Administrateur M. Propre
avatar
Administrateur M. Propre
Afficher infos
Messages : 429
Points rp : 17
Date d'inscription : 12/08/2016
Autres informations : Lex discourt en gold


MessageSujet: Re: I R I S ❧ « l’omission est un indice »   Dim 29 Jan - 15:30
Me voilàààà

Je valide

au revoooooir

Blague à part, je suis trop super content que tu sois venue Et ta fiche est géniale, tu as complètement transcendé le personnage, comme je m'y attendais Je t'aiiiiime EPOUSE-MOI FAIS-MOI DES BEBES (je suis plus riche que Flash)





N'hésitez pas à nous contacter au moindre problème, même -et surtout- s'il vient de nous !
"Considère celui qui te fait voir tes défauts comme s'il te montrait un trésor."
Bouddha
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

I R I S ❧ « l’omission est un indice »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» Secret entre guerrier [ Rêve Sombre ]
» [The Secret of Grisly Manor]
» Haïti: Haiti perd 3 places dans les facilités de faire des affaires
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC : Heroes' Legacy :: Accueil :: Fiches de Personnages :: Présentations validées-